20110211

Dans le port d’Amsterdam

instant chic

La Hollande, l’autre pays de la vocalise.


Aujourd’hui, c’est big up pour Dave qui marie littérature, psychose, biologie et cours de poésie dans un morceau legen- wait for it -dary, le très célèbre Vanina-hah-ha-hah-hiha-hiha-hah-hah-hah.

En effet, c’est chaleureusement que nous remercions Dave pour avoir si bien su imiter un âne atteint d’un syndrôme de Tourette, tout en roulant des yeux façon hibou psychopathe.

De même, nous le savons gré d’édifier son audience abas(s)ourdie, en citant rien moins que Montesquieu. Et l’envie me prend de lui demander comment peut-on être Hollandais?

Mais ce n’est pas tout. Que nenni. Dave est super malin, que dis-je über-malin. Dave est l’inventeur génial de la répétition onomatopesque, une innovation sans précédent pour la poésie, depuis la Pléïade. Je m’explique: écrire des rimes et des alexandrins, finalement c’est assez time consuming (et pour pas grand chose quand on y réfléchit bien). Quand il vous manque un pied, pourquoi ne pas répéter la syllabe le nombre de fois nécessaire? C’est franchement plus rapide (et nettement moins laborieux).
Ainsi, en lieu et place d’un refrain fastidieux: Vanina-hah-ha-hah-hiha-hiha-hah-hah-hah avec des variantes telles que mon-won-won-wondeuh. Donc; non, Dave n’a pas mal à la gorge, il innove.
Point.

Tout ça détouré avec une grâce et un talent qui fait mal aux yeux. Aussi mal aux yeux que le fond psychédélique qui n’est pas sans rappeler les effets collatéraux de quelques voyages en voiture de notre enfance…

Mention spéciale à la perruque d’Olivier Duhamel (version longue), la chorégraphie « rien qu’avec les bras » et au ravissant petit tour de coup qui ferait pâlir d’envie Patrick Swayze ET Keanu Reeves.