20111026

Super Didier

IMG_2773 - 2011-07-07 à 19-53-00 - Version 2

Avant les amants de la Bastille (mais après les mariés de l’an 2), il y eut les épousailles vendéennes de Didier!


Ah, les mariés de Vendée.
Une petite révolution clipesque.

Prouesse cinématographique, ce clip est un petit trésor technologique.

Du point de vue scénaristique, on a longtemps soupçonné les frères Wachowsky et Darren Aronofsky d’avoir participé à l’écriture tant les sens cachés se bousculent. Que voyez-vous ? La banale rencontre de Didier et d’Anaïs au mariage de potes ? Ignorants ! Regardez mieux et vous verrez le bousculement perpétuel de l’espace temps lequel, eu égard aux costumes des figurants Actors Studio, semble subtilement osciller entre Révolution française et 1910. En fait, Didier est un genre nouveau d’Highlander qui vit plusieurs époques simultanément (heureusement qu’à la fin il ne doit en rester qu’un, l’idée d’un Barbelivien existant à chaque époque est assez flippante).

Un message derrière ce défi à la quatrième dimension ?

Oui, la voix d’Anaïs, un défi aux éléments. Si elle ne brise pas votre vaisselle en Arcopal, Anaïs vous aura surement laissé des acouphènes voire quelques graves séquelles au nerf auditif.
Une métaphysique visionnaire soutenue par la technologie du futur…


En effet, minute Peter Jackson oblige, ce clip voit l’invention d’un effet spécial fou et révolutionnaire : le cadrage Barbelivien, c’est-à-dire coupé au milieu du front.

Magique.