20111228

De la magie de Noël (et de ses effets indésirables)

IMG_6972 - 2011-12-10 à 16-08-44

Au risque de jouer les elfes réac, Noël n’est plus ce qu’il était.


Non, il ne s’agit pas des effets secondaires d’une indigestion de guirlandes et autres excès de bon esprit et excès familiaux en tous genres, si typique des 2 janvier…

Juste une constatation.
Sinon la retransmission d’un message de l’univers, lequel s’est récemment adressée à votre fidèle écrivaillon, sous deux formes aussi inattendues que très élitistes.

LE CHE GUEVARA DU SAC À SAPIN

Loin de moi l’idée de jouer les Sarah Connor des Galeries Lafayette ni les hystériques du sapin mais les joyeusetés de fin d’année semblent atteindre de véritables paroxysmes du sordide. L’on évoque souvent la Saint Valentin et autre fêtes des Grands-Mères pour fustiger le consumérisme ambiant mais Noël semble en être l’exemple le plus terrifiant.

Quand le 26 décembre, je décidais d’agresser un strapontin en simili-cuir marron sur la ligne 12, il me rappela à l’ordre sous la forme d’une annonce, à côté des si ravissants poèmes de la RATP, m’exhortant à revendre mes cadeaux.
Parce qu’un Noël réussi est un Noël rentable où ce que chaque petit lutin dépense dans la foire aux cadeaux doit être amorti par une satisfaction égale, sinon supérieure.
Un genre de retour sur investissement.

Esprit de Noël quand tu nous tient.

LE CODE BARRE DU BONHEUR

Un esprit de Noël qui va croissant et qui m’a littéralement sauté au visage lors d’une préparation de mixtape. À l’automne 1994, Mariah Carey enregistre le tubesque All I want for Christmas is You, illustrée par deux vidéos.

Dans la première, Meuriah, alors au sommet d’elle-même, se roule dans la neige en combinaison de ski.

Voyez.



Kistch certes, mais nature. Très 90s.

Dans la seconde, Meuriah, encore pourvue d’une voix, rend hommage à ses grand-tantes des Ronettes.

Bien tenté?

Là encore, on est très loin du chef d’œuvre mais l’esprit demeure assez frais. Ces clips n’auraient aucun intérêt n’eût été leur version 2011.

Vingt kilos plus tard, en direct du fond du trou, Mariah tente un cinquantième retour, à grand renfort de surproduction, de voix d’ordinateur et de, sous le plus grand chapiteau du monde, Justin The Grinch Bieber!
La jeune fille neuneu a laissé place à Maman Prostipute de Noël, montrant ses cuisses pleines de fond de teint à un boutonneux du futur, déambulant dans un centre commercial « féérique » avec des caddies en or (rêve) et des potes en carton (re-rêve), pour y choisir ses nouvelles baskets de Nowel.
Noël qui en prend un sacré paquet dans la tronche, Justin finissant le clip en assommant une foule digne de l’assaut d’un Mark and Spencer en liquidation à coup de cadeaux.

All I want for Christmas is des baskets.

Sordide.