20120705

Levis revolution

conso_apache

Cher Levis,


J’ai pu constater, lors de mes errances quotidiennes, cette diatribe dithyrambique dont tu as orné les murs du métropolitain du nord ouest Parisien.

Il était étonnant de voir ce message, sans fioritures autres que ton logo rouge, un peu apposé la, à la manière d’un cachet royaliste, teinté de cire rouge.

Ce n’était pas sans rappeler les messages de certaines associations humanitaires, pour qui le pouvoir des mots est plus fort que celui de l’image. Ces associations qui utilisent le même ton solennel, les dates et les chiffres dont tu fais toi-même l’utilisation, ce de manière très consensuelle. 

Tout d’abord, tu t’adresses non pas au consommateur, mais à la nation, commençant par un grandiloquent

« Chère France ».

… Les élections présidentielles sont finies, non ? Appliques-tu le même principe pour tous les états du monde ? Les régions ? J’aimerais bien voir le message que tu as laissé a l’Afghanistan, par exemple. Ou à la Grèce. Ou à l’Ethiopie. Enfin, si tu as jugé digne de leur écrire. Bizarrement, j’en doute. 

« Il y a 250 ans le peuple français s’indignait qu’une poignée de puissants décide du sort du plus grand nombre. » 

… Merci Levis, mais, n’est-ce pas encore le cas aujourd’hui ? Enfin, je ne sais pas, sans remettre en question la redoutable efficacité de notre système, bien sur. 
Que nous apprends tu, ensuite, cher professeur Levis ?

« C’est à vous que nous devons le courage de penser autrement. »

La France a fait ça ? Wahou balèze.

« Sans vous, pas de pionniers, pas de preneurs de risques, pas de succes story. »

Arrête, tu vas me faire rougir…

« Comme l’histoire de ce simple jean devient iconique, dans lequel homme et femme continuent d’accomplir leur rêves les plus fous. »

Mmm… D’accord, donc si je demande au quidam français « quel est ton rêve le plus fou » et qu’il me répond « porter un jean », je peux considérer que la nation se porte bien, en gros ?

« A notre façon, nous voulons vous rendre la pareille en vous offrant un nouvel espace dédié au progrès que vous avez inspiré »

Hé bien écoute, je ne sais pas exactement quel est cet « espace dédié » que tu évoques, ni ce qu’il est sensé contenir, ni pourquoi tu t’es lancé dans ce discours de lèche botte (bon, pour une marque de pantalon, c’est pas si illogique), mais je trouve que la forme que tu as pris (le message à vocation philosophico/humanitorio/pseudo/rebellio/romantico), pour vendre des fringues, cela a autant de consistance que le bruit du zip qui se referme.

Zip