20120717

Métaphysique des Feux de l’amour

Q
dans Télécran

Il est une symphonie connue par tous les chômeurs(ses) chroniques, les congés maladies ponctuels, les femmes au foyer, les retraités (surtout retraitées), ou encore ces autres inconditionnels qui bénissent chaque soir l’invention du replay. Quelques notes de piano superposées à un air de violon, une mélodie qui annonce un rendez-vous incontournable pour d’innombrables âmes ; il s’agit bien sûr de l’ inénarrable feuilleton les Feux de l’Amour.


Synopsis ? Heu…non !

Inénarrable, c’est le cas de le dire, essayez d’établir un synopsis de la série et vous en comprendrez vite le sens, voici par exemple la copie du résumé de l’épisode du 3 juillet 2012 trouvé sur le site officiel de TF1 :
« Katherine est de retour chez elle, mais Jill pense qu’il s’agit de Marge et la fait mettre en prison. Ambre accuse à nouveau Kevin d’avoir tué madame Chancellor. Il va rendre visite à Gloria en prison pour lui demander de l’aide et y aperçoit Katherine. Karen et Neil demandent à Victoria si elle accepte d’être leur demoiselle d’honneur. Olivia conseille à Tyra d’avouer ses sentiments à Neil. »
Avouez que seuls des initiés sont en mesure de saisir les rouages et les subtilités de l’intrigue.
Vous conviendrez donc qu’il est complètement inutile que j’essaye de vous entretenir des liens et des rivalités qui régissent et unissent les familles Habbot, Newman et Chancelor, et à qui il arrive des choses abracadabrantes.

Succès Story

Diffusé dans une trentaine de pays et capitalisant une audience mondiale supérieure à 100 millions de téléspectateurs (chiffre qui pourrait être en réalité plus important si on compte les pays d’Afrique francophone qui suivent le feuilleton via les antennes satellitaires) The Young and the restless s’est vu décerner de nombreuses distinctions, dont le Television Soap Golden Boomerang Awards en 2006, et le Writers Guild of America Awards, prix octroyé par Syndicat des Scénaristes d’Amérique (merci wikipédia).
Grâce encore à wikipédia, j’ai pu apprendre que la série battait des records de longévité, qu’elle était parue aux Etats-Unis quarante ans de cela, qu’elle est diffusée en France depuis 1989, second pays après les États-Unis à comptabiliser les meilleures audiences ; en moyenne, plus de 4 millions de téléspectateurs.
Rien d’étonnant qu’une génération d’enfants s’appelant Ambre, Danny, Victoria, Kevin, Tyffany, Sharone, ait pu prospérer. L’énorme impacte sur les prénoms est en réalité un hommage vivant à la série.

Temps de cerveau disponible

Lorsque j’étais enfant, je me moquais de ma mère qui s’abrutissait avec ces histoires à dormir debout et qu’il ne fallait jamais déranger entre 14 et 15 heures, de la première note de piano jusqu’au générique de fin. Une vingtaine d’années plus tard, la roue ayant fini par tourner, ou simplement à cause de prédispositions génétiques, me voilà à mon tour une spectatrice assidue de ce feuilleton, à la longue, les personnages me sont devenus familiers, Victor Newman est pour moi comme un lointain tonton.
Finalement, je me dis que cette séance de brain washing n’est pas pire qu’une autre ; se souvenir de qui a couché avec qui et qui est quoi pour qui, est un excellent exercice pour la mémoire, puis occuper son temps de cerveau disponible avec un feuilleton où on parle un français correct (ils ne prononcent jamais ménnant, mais maintenant, disent « a l’air heureux » même au féminin) qui est dénué des « putains, merde, chier » et autres envolées lyriques, est assez reposant.

Et de vous à moi, les préoccupations de gens très très riches, ça reste autre chose que les histoires de Monsieur et Madame tout-le monde qui veut perdre du poids, devenir célèbre, ou qui pleure de joie parce qu’on lui a refait le portrait ou la décoration de la maison pour laquelle il s’est endetté sur trois générations, non ?!

Les 5 questions insondables

Cette série m’inspire nombre de questionnements restés à ce jour insolubles, en voici quelques uns :

  1. Pourquoi la mort n’est jamais définitive ? Il n’est pas rare qu’un personnage disparu depuis longtemps resurgisse comme par magie.
  2. Comment des gens si riches continuent-ils à le rester lorsqu’ils passent les trois-quart de leur temps dans des intrigues amoureuses(pour rester polie, sinon j’aurais écrit histoires de fesses), et à boire des cafés ou des scotchs ?
  3. Pourquoi des gens si riches se retrouvent toujours aux mêmes endroits ? À quoi bon ces millions si c’est pour glander dans le même resto et dans le même café populeux ?
  4. Pourquoi des gens si riches ont-ils une décoration aussi pourrie ? Mélange de néo baroque, rococo et brocante de village qui ne fait rêver personne.
  5. Comment fait l’actrice qui interprète le rôle de Katherine Chancelor pour vieillir si bien ?

Si vous avez les réponses n’hésitez pas à m’écrire !