20120915

Les haters

IMG_3117

Depuis que les internets sont connus de tous (ou bien presque) et que les chats ont des comptes facebook, tout est possible.
Une nouvelle société, qui oeuvrait auparavant en tant que rabat joie dans les diners mondains, a désormais envahi la toile.
Tremblez devant le fléau des internets, la plus grande peur des community managers, j’ai nommé, les HATERS.


Vous ne trouverez évidemment pas la définition de cette secte dans un dictionnaire, mais les internautes nous ont livré des définitions pertinentes sur l’urban dictionnary, merci à eux. Yan Man Like éclaire fort bien notre lanterne. Selon lui, un hater est donc « someone who takes time out of their appearantly unbusy schedule to talk about people like ashanti because they cant be them. » Ceci dit, le dénommé Yan Man Like semble aussi être un hater un peu vénère.

Pour illustrer cette « étude sociologique », voici quelques exemples, qui fleurissent en quantité tous les jours, notamment sur facebook.

Exemple #1
LE HATER QUI FAIT L’INTÉRESSANT

Retour sur la situation: un magazine de mode poste sur son facebook la dernière pièce qu’il a reçue. Le hater a les boules. Il est jaloux, il n’aime pas et il ne peut s’empêcher de le faire savoir alors que ça n’intéresse personne. Dans ce cas, nous avons la chance de rencontrer deux types de haters. Le premier, se contente juste de donner son avis, forcément négatif, alors que ça n’intéresse personne. Ledit hater s’est contenté ici d’un simple « moué… ». Notez le ton blasé de l’individu, qui semble vouloir signifier combien il est supérieur. Comment réagir dans ce cas-là? Je vous conseillerais en fait une non réaction, oui, c’est de l’ignorance. On le remercie pour sa participation. Attention tout de même à ce type de hater, qui peut se sentir important quand deux internautes vont liker son commentaire. Il prend rapidement la grosse tête, et se voit déjà un sein nu, hissant le drapeau de la raison, guidant le peuple rebelle.

Exemple #2

LE HATER FRAÎCHEMENT DIPLÔMÉ DE L’ÉCOLE DU RIRE (OU DU LAWL ÇA MARCHE AUSSI)

Le second type de hater que nous rencontrons dans ce post décidément source de commentaires avisés est non moins relou, puisque qu’il s’agit du hater humoriste. Énervant, n’inspirant que le mépris, ma seule envie, face à un commentaire pareil, est d’indiquer gentiment une fenêtre à cette personne pour qu’elle mette fin à ses jours. Oui, comme le dit si bien le Comte de Bouderbala « on ne peut pas tous les sauver. » Comme le hater #,1 le pire arrive quand l’individu trouve des alliés. Pas de panique, l’ignorance est de mise, ou bien, si vous êtes amateur de mots d’esprit, vous pouvez toujours dégainer votre plus belle répartie. Mais attention, il est récidiviste, et le but n’est pas d’entamer une discussion interminable avec un type pareil. Je suis sympa, je vous offre un autre exemple du hater#2 humoriste, qui, comme vous pouvez le voir, est toujours aussi drôle et fin.

Exemple #3
LE HATER JUDGE DREDD

Le plus dangereux de tous, est le hater #3: le justicier. Celui-ci ne cherche pas à faire de l’humour, non, il est pire, il veut rétablir la vérité, crier haut et fort à l’injustice, c’est le Robin de Bois des internets, le hussard de Facebook! Dans ce cas, il fait gentiment remarquer au magazine la faute dans sa publi. Merci. Grâce à cet individu, nous ne sommes plus dans l’ignorance, la vérité triomphe enfin! Généralement, ce hater #3 emploi un ton assez sec, celui que prenait son institutrice à l’école primaire pour lui rappeler que non, manger ses crottes de nez, c’est pas bien et on aimerait lui rappeler qu’il n’a pas besoin de tout commenter pour exister. Il croit bien faire (ou se faire remercier pour sa contribution, voire engager, il y croit) mais en réalité, tout le monde se fout de ce qu’il dit, et l’équipe ne développera que haine à son encontre, en stalkant son compte facebook et riant de ses photos de profil.

Autre exemple, ce merveilleux commentaire qui nous révèle au passage l’intimité de l’auteur. Maintenant, vous savez que le monsieur regarde du porno, et au cas où ne connaissiez pas de site, il indique gentiment que vous trouverez de quoi vous amuser sur Pornhub. Après, il se lance dans une pseudo critique intellectuelle de la vidéo en question. Merci à monsieur, qui a changé ma vie d’un seul coup. Malheureusement, le hater a obtenu le soutien d’un autre internaute. Dans ce cas là, tout peut s’emballer très vite et parfois, toute la communauté se met à soutenir le monsieur, « parce qu’il a trop raison quoi !!!! »

Au bout de cet article, j’ai une pensée émue pour tous les community managers, tenez bon et sachez qu’Apache vous soutient. 
Bref, surfer sur les réseaux sociaux, c’est comme conduire, ça mériterait de passer un permis. Comme d’avoir des enfantss’habiller tenir un blogavoir un chat, et tant d’autres…