20130219

Nanuq est menacé

IMG_4833 - 2011-08-20 à 00-01-19

Et sans Nanuq plus d’infectes publicités d’animation Coca cola! Et d’autres choses, mais moins graves.


Oui qu’on se le dise, Nanuq* est menacé**.

PETIT OURS BLANC

Géant des mers arctiques (on a trouvé un mâle pesant plus d’une tonne !), Ursus maritimus enfante aussi des adorables miniatures que la mère, deux fois moins grande que le père, élève jusqu’à l’âge de trois ans. L’ours blanc – le plus grand mammifère carnivore existant – comme son nom latin l’indique, chasse aussi bien sur la banquise que dans la mer car c’est un excellent nageur. Il diffère en cela de son cousin le grizzly, avec lequel il peut avoir des descendants féconds, grizzly qui vit dans un biotope exclusivement terrestre de produits végétariens avec du saumon pas fumé en option.

Petit ours blanc est admirablement adapté au froid, tant et si bien qu’il souffre de la chaleur au-delà de 10°C. Il se nourrit de phoques, parfois de bélugas, de cétacés échoués et vient rôder autour des cabanes et des villes de la Baie d’Hudson (Canada) quand la faim le pousse, ce qui arrive souvent désormais avec le recul de la banquise son milieu habituel de vie : gare alors aux surprises si on sort le soir admirer la lune ! Car les ours, ces adorables bouboules de poil sont en général dangereux et l’ours blanc, bien que fort choupinet, uniquement carnivore, franchement massif et un poil curieux, l’est tout à fait : les chercheurs l’approchent avec force précaution et armés pour l’effrayer (et non le tuer).

PETIT OURS MENACÉ PAR LA MÉTÉO

Knut_April07_Zoo Berlin_PGriesbach

Le nombre d’ours blancs estimé aujourd’hui à 22 000 doit diminuer des deux tiers d’ici 2050 si la fonte se poursuit. Car c’est le processus lié au réchauffement climatique (et à l’incapacité crasse des organisations à l’endiguer) qui le menace le plus* l’obligeant à s’approcher des hommes plus au Sud.

Fort civils, les Canadiens les rencontrant, après les avoir endormis et empaquetés dans des filets, les ramènent en hélicoptère beaucoup plus au Nord où ils se réveillent… Leur transportation dans l’Antarctique n’est pas envisagée. Bien entendu, à travers les phoques qu’ils consomment, les ours accumulent des matières toxiques comme le mercure et peuvent connaître des anomalies congénitales. Leur chasse est quasiment interdite dans tous les états riverains de la zone Etats-Unis, Canada, Danemark (Groenland), Norvège, Russie et concédée aux indigènes qui la pratiquent depuis des millénaires (Inuits).

Cependant, les spécialistes ne sont pas trop pessimistes puisque depuis les restrictions de chasse, les populations se sont stabilisées. Espérons que nous pourrons revoir souvent s’ébattre en liberté près de leur mère de jolis petits Knut.

 

* ours en langue inuit
** il est sur la liste rouge de l’UICN