20130311

Hugo Chavez, Lider de la Mode

HUGO CHAVEZ

Notre Loulou de la Falaise vénézuélienne s’en est allée et elle n’éclairera plus nos nuits de ses chemises color block. Retour sur un parcours mode où l’audace le dispute à l’accessoire.


chacha

Tout commence à la fin des années 50, quand le petit Hugo se voit affublé d’une drôle de chemisette à motifs New Look par une maman sans conscience fashion… Baby Hugo fait la tronche mais comme son ami Kim, il est bien décidé : il se vengera.
MUHAHAHAHAHAHA

Un ou deux muhahahahahah plus tard, elle peut aller se faire voir la madre avec ses chemisettes à la con, Hugo a trouvé la parade : le treillis. Et plus qu’une parade, Hugo rencontre ce qui sera la passion mode de toute une vie, le style uniforme. Un style qu’il dévoluera entièrement à son second amour : l’accessoire. Oui un treillis c’est chouette mais ça s’accessoirise les mecs, c’est ça qui est cool. Avec un casque de gros dur, plein de petites poches, une casquette de steward Air Inter, une moue boudeuse : TOUT VA AVEC LE TREILLIS MEC. Hugo lance sa collection Ken Guerillero de la Pampa. Et c’est au tour d’Elena de faire la gueule…

chavez01

chavez_VGE

Après une courte période, Valéry Giscard d’Estaing-pire-période, Hugo découvre la veste et s’essaye au costume Disney Parade, dans la plus pure tradition colonel Tapioca inaugurée par son vieux pote des sables Kadhafi
Un style qu’Hugo, Madonna des épaulettes de gala, saura faire évoluer vers les hauteurs les plus folles…  à coup d’accessoires choc : le collier d’académicien croulant, le sombrero, le gant blanc, le concours de tee-shirt mouillé, le collier à fleurs et ULTIME : le casque à micro !
hugo_02bis
Et c’est alors que survient le drame : Hugo renoue avec un vieil amour de la période Il faut sauver le soldat Pedro et enfile un béret. S’ensuivra une longue descente aux enfers vestimentaires. Accroché à son couvre-chef, Hugo ne sait pas, Hugo ne sait plus : Hugo est perdu.
Oubliant le principe universel qui veut que l’accessoire accompagne la tenue et non l’inverse, Hugo tente TOUT : le foulard, le perroquet (très belle tentative), une chemise rouge qui pique, une chemise jaune qui pique… Hugo oscille dès lors entre le look Mano Negra-tu-crains et une version bouddhiste un peu effrayante du Ché.

hugo_03
Survient alors un second drame : son ami Fidelito l’emmène au Club Med Gym et c’est la révélation. Hugo découvre le jogging. Plein de fougue et de courage fashion, à mi-chemin entre Tupac et Franco, Hugo n’a plus peur de rien : il lance le survêt’ patriotique. Généreux, il en file même à ses copains…

hugo_04 Mais fi du look Susan Boyle chez les Bolivar, ce qu’il faudra retenir de feu notre it-girl du bérêt basque, c’est son sens inné de l’accessoirisation et son amour pour tous ces petits détails qui font le chic et le chien. Des lunettes avec juste les mains, au chapeau sans calot, en passant par les pistolets de duel ou le casque de chantier façon YMCA, Hugo a toujours détourné le sens de l’objet pour mieux marier courage fashion avec esprit d’initiative.
Pour nous surprendre. Toujours.
hugo_05

Notre Loulou de la Falaise vénézuélienne s’en est allée et elle n’éclairera plus nos nuits de ses chemises color block. C’est un fan de Led Zep qui prendrait la relêve : on est aujourd’hui en droit de rêver cheveux, pattes d’ef et bracelets crados au pays du dressing saignant.

Tout sur Chavez