20130408

L’enfer de la mode : les stations de sports d’hiver

passionski_cover

Parce que le mauvais goût et la haine n’ont pas de frontières, bilan post-saison des pratiques vestimentaires à la montagne.


Et oui, aucun répit pour le mauvais goût, même quand je pars chiller tranquille à la montagne, les pontes du mal sapés me suivent… Alors le meilleur moyen de leur rendre hommage et surtout de mettre fin aux dérives est encore d’écrire un article qu’on pourra estampiller d’utilité publique. Je tiens à préciser que tous les faits cités ici sont véridiques. 

Pour commencer, il faut avoir à l’esprit que les fringues sont le marqueur de la hiérarchie entre individus à la montagne, encore plus qu’ailleurs. D’un coup d’oeil, vous pouvez repérer qui appartient à quelle catégorie. Pour le meilleur et pour le pire.

LE PARISIEN

midwesterner

Hélas, chaque année, les Parisiens profitent de leurs deux semaines de vacances de février pour se ruer sur les pistes, de quoi effrayer tout bon savoyard de naissance. Cette courte période fait fuir les autochtones, et c’est forcément la merde, puisque les parigots sont dans le coin. Look, comportement et dégaine, souvent, tout est à jeter.

Il fut un temps – les années 80/90 pour être précis – où il fallait skier en jean, un mouvement anti-mode perpétré par les Parisiens. Effectivement, se vêtir ainsi comporte bien des avantages: en plus d’être esthétique, c’est un vêtement réputé pour son imperméabilité, son confort dans l’effort et idéal, pour vous donner une silhouette de rêve dans n’importe quelle position. Si en plus le concerné a un peu de mal sur ses skis, il adoptera la fameuse position Jacob Delafon couramment nommée position caca, et il y a de fortes chances pour qu’il apparaisse ainsi sur le fameux payetaraie.com.
Et puis c’est bien connu, mais le Parisien se croit supérieur aux éléments, mais la neige, ça mouille. OUI. Quand le Parisien va rider, c’est les jambes et les bras bien écartés, histoire de conserver un espace vital, menaçant d’embrocher tout kamikaze voulant se l’approprier avec ses bâtons. Souvent, il file tout droit, en chasse la neige, prend 2-3 bosses, et finit par tomber. Et bim le jean, est-ce toujours aussi pratique avec les fesses mouillées ?

naked-skier1

Il y a aussi le cas des riders sans gants, mais ça c’est un autre débat, car il est souvent débile et a fait tomber sa deuxième main depuis le télésiège. Ceux sans lunettes aussi… « Pour parfaire mon bronzage! » Tellement inventifs! Vous pourrez côtoyer également des bandes de vacanciers foufous qui perpétuent depuis des générations le même pari stupide: descendre les pistes dans le plus simple appareil, parfois habillés d’un string, du plus bel effet. Image qui a traumatisé la jeune prodige en combinaison rose que j’étais.


ANGELA MANGEANT DES CURRY WURST SUR LE TELESIEGE

Autre fléau qui sévit pendant la saison d’hiver, les vacanciers étrangers, souvent des Anglais ou des Allemands. Encore la faute à la mondialisation ? J’analyserai ici seulement ces ressortissants étrangers, les autres cas méritant un reporter moins cardiaque que moi. 

PASSION SKI 6

Pour commencer, l’Allemand. Que dire… Pas grand chose de gentil en tout cas, il m’est arrivé de croiser ces charmantes personnes en chaussures de ski, en boite de nuit de montagne (high level) bien bourrés et écrasant allègrement les pieds de ses congénères. Je sais que c’est difficile à croire, mais ils ont osé. Ils adoptent dans ce cas le total look des pistes, portant toujours leur pantalon de ski, pour votre plus grand bonheur. L’Allemand aime aussi à se trémousser sur les pistes avec sa tenue old school: souvent, il s’agit d’une combinaison intégrale unie aux couleurs criardes, inchangée depuis loooongtemps. Et pourquoi rabattre son pantalon par-dessus ses chaussures de ski ? La neige rentre pas dans les chaussures sinon !


dGhwWXRoSlVJZkUx_o_snowboarding-fail

Spéciale dédicace aux débutants snowboard qui combinent tenue ridicule et silhouette d’handicapé, les deux pieds attachés, essayant d’avancer sur le plat… Quelle misère. 


HER MAJESTY THE QUEEN RIDANT EN SHORT

Le second cas dramatique, mais non moins critique, concerne les Anglais. Enfin, plus particulièrement les Anglaises. Attention, teaser (à faire avec une grosse voix).

« Elles nous ont habitué à des toilettes audacieuses, elles portent des shorts en toute saison, elles sont toujours bourrées à 21h, elles sortent leurs boobs à la moindre occasion, oui, il s’agit bien d’elles, LES ANGLAISES. Et elles sont de retour pour un nouvel épisode à la montagne. »

Warm-Weather-Skiing_001-600x706

Sortir en club ou dans des bars en station est une épreuve en soi: looks de merde, musique de merde. La tâche n’est pas aisée. Mais le pire dans tout ça, c’est de se retrouver entouré d’un bon nombre d’Anglais brailleurs et bourrés. Car ne dérogeant pas à la règle et à leur réputation, le binge drinking est aussi courant en station. Ainsi, c’est avec joie que vous entendrez cette charmante tribu hurler des chansons d’Adele, renversant de la bière en jetant la tête en arrière pour pousser plus haut la dernière note. Un conseil, ne sortez pas vos jolies chaussures, elles seront ruinées par les mangeurs de panses de brebis. Encore, s’il n’y avait que des Anglais. Ca se corse avec les Anglaises, qui emportent leurs shorts – s’apparentant souvent à des culottes – pour leurs folles soirées d’hiver. Comme il fait froid et que la neige ça mouille (cf. le port du jean) elles portent des bons gros collants de ta mamie en laine épaisse qui gratte. Mais les plus téméraires se contentent de collants couleur chair (…). Si tout s’arrêtait là, j’aurais pu sortir indemne du périple alpin… Seulement, elles ont abusé sur la raclette, la tartiflette et la croziflette pendant ces petites vacances. Le résultat ressemble donc souvent à deux bons jambonneaux emballés dans des poils du yéti de la montagne, agrémentés d’un étroit morceau de tissu, appelé short ou jupe par nos copains d’outre-Manche. A porter évidemment avec tes après-ski rouges et ta doudoune verte sinon on sait pas que t’es à la montagne, non mais allo quoi !!!! (pardon.) NDLA: avis à nos lecteurs en mal d’amour, elles sont téméraires en style mais aussi quand il s’agit de jouer à touche pipi.

L’INITIE: LE RIDER DE L’XTREM

PASSION SKI 9

Enfin, celui qui obtient le sésame dans le coeur de toutes les midinettes, qui réalise un nose grab sur un big foot suivi d’un rodéo, et d’une réception en one foot sur le pipe de Tignes… Aaaaaaaaaaaaahhhh… Je parle bien évidemment de ces délicieux moniteurs au bronzage alternatif et indé, conservant pendant toute la saison autour de leurs beaux yeux la marque du masque. Le visage tanné par le soleil, les cheveux bouclés par le grand air de la montagne, ils se déhanchent avec assurance en chaussures de ski tels des mannequins au défilé Martin Margiela. Quand toi tu galères avec ces pompes de 10 kilos, et que tu te mets au snowboard pour pourvoir te déplacer plus aisément. La vie quoi… Ce sont les seuls autorisés à ne pas respecter la règle de limitation des couleurs dans une tenue, car ils sont capables de marier toute en beauté un bonnet vert, avec une veste bleue à rayures blanches, un pantalon jaune, et des gants rouges à motifs navajo… J’en suis toute émue et admirative car le combo requiert de l’audace. Eux portent avec classe leurs skis, toi tu fais 2 mètres et tu n’en peux plus, telle est la réalité, nous ne sommes pas tous égaux face à la tendance montagnarde. Il faut y être né pour savoir la manier. Tu peux toujours essayer de l’adopter, mais tu devras essuyer de nombreuses tentatives, on croira souvent que tu portes ton costume de carnaval. Enfin, un petit détail qui fait toute la différence, mais qui te sacrera parmi les vrais, à ne pas négliger donc. Tu replieras l’élastique intérieur de ton pantalon par-dessus la doublure extérieure et enfilera des chaussures de type street. Parce que tu es un rider. Je conseillerai aussi de porter un casque, c’est désormais un accessoire signifiant, montrant que tu as le goût du risque, que tu es un vrai, un freestyler XXXXXXXtrem.
Au passage, ça c’est cadeau, mais tu peux aussi faire semblant et t’acheter une tenue ESF ou UCPA sur internet. Ainsi vêtu, tu auras le respect de tes congénères sur les pistes, tu pourras passer sur les skis des morpions allemands dans la queue des télésièges sans te faire insulter et même quand tu tomberas, on pensera que c’est une figure de freestyle. Tu pourras aussi pécho dans les oeufs, mais ça c’est le bonus ++++, valable seulement combiné avec le bronzage adéquat.

Je terminerai en ajoutant une dernière chose: être à la montagne, ou en vacances, ne signifie pas que les lois naturelles aient été abrogées.  Comme on l’a expliqué, le look du rider ne s’adopte pas en claquant des doigts, ou en claquant toute ta tune chez The North Face. Et note à moi-même, qui s’applique à tous: tu n’as toujours pas le droit de porter des UGGs, même si tu dois pourrir tes Nike dans la neige. OK ???