20130425

Tennis : petit guide à l’usage des nuls #1

4191030005

Hééééééééé c’est la reprise de la saison de tennis sur terre battue ! Et si en France, on peut se vanter d’une chose, c’est bien d’accueillir chaque année début juin Roland Garros, un des tournois du Grand Chelem. Alors tout le monde chausse ses sneakers et choppe une raquette, cours de rattrapage.


Cher lecteur, j’ose supposer que tu n’es pas entièrement novice, puisque tu as lu l’excellent article de notre Professeur, Le sport vaut-il encore une messe ? Certes, je fais partie de ce qu’on peut appeler les joyeux profanes – aussi bien sur le plan religieux que sportif – mais il y a belle lurette comme dirait Lucette que je zappe l’office dominical pour une bonne journée de canapé devant ma télé, bercée par les gémissements ô combien évocateurs des joueurs, enfin surtout des joueuses…

HEY SEXY LADY VS. TELLEMENT VRAI: MA BEAUTÉ EST À L’INTÉRIEUR

Qu’on se le dise, le tennis n’est pas un sport de beaux gosses, mais comme il existe toujours des exceptions, sélection de ce qui se fait de plus tangible en matière d’esthétique. Le palmarès est majoritairement féminin, mais un seul, Fabio Fognini surnommé « Fogna » relève un peu le niveau.

Thumbnail

Dans la psyché de tous les Français, et même de ma concierge, sportif italien = tricheur, depuis l’épisode Materazzi, et l’affront que le footeux fit à notre Zizou national. On pourrait s’éterniser sur cette fausse affaire qui fait gagner de l’argent à l’artiste Adel Abdessemed, et qui aurait fait perdre les Français en finale de la Coupe du Monde 2006, sauf qu’on oublie souvent de préciser que quoiqu’il se passe, les Français perdent tout le temps. Bref, en matière de sportifs italiens, ce qui se fait le mieux est surement Fabio Fognini. Une fois n’est pas coutume, les Français le détestent puisqu’il a eu le malheur d’éliminer Gaël Monfils, « la Monf’ » au 2ème tour de Roland-Garros en 2010 à la grande surprise de tous. La plupart lui en veulent pour ça, mais aussi pour son physique avantageux et sa langue bien pendue. Il n’est en revanche pas reconnu pour son intelligence ou une quelconque vivacité d’esprit, cela peut certainement s’expliquer par sa passion pour le football et le FC Milan. C’est aussi le joueur le plus détesté du circuit par ses camarades, en première ligne des Espagnols. Il est vrai qu’il joue mieux la comédie qu’eux sur les cours. Sa grande spécialité, appeler à de multiples reprises le kiné, geindre, implorer le ciel etc… Monsieur n’hésite pas à verser quelques larmes de douleur, histoire de rendre crédible tout ça. Sa méthode pour gagner, la déstabilisation de son adversaire, en contestant les avis des juges de ligne ou en hurlant après l’arbitre, même si on est pas encore au niveau McEnroe. Lookbook par ici où il aime s’exhiber torse nu. Alalala… Ne soyez pas triste, il existe une justice dans ce monde, car Djoko vient de le jeter du tournoi de Monte-Carlo.

Thumbnail

Passons maintenant à la gente féminine. Feu Amélie Mauresmo, qui hurlait tel un bélier et souriait avec ce petit air mi-judokate mi-poney excité, nous avons aujourd’hui affaire à Maria Sharapova, qui cumule une plastique avantageuse et un niveau de jeu qu’on pourrait qualifier de talentueux, quand elle ne pique pas ses crises d’enfant gâtée. 

Vengeance féminine.

A défaut de nucléaire, la grande Russie nous a envoyé de la bombe esthétique et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’elles égayent circuit et tournois, parce que côté ATP (le circuit masculin), c’est un peu plus délicat. Le tennis fut pour Anna Kournikova par exemple, le moyen d’accéder à la célébrité, plutôt qu’un album, et nous lui en sommes reconnaissant. La joueuse gagnait en effet plus d’argent avec ses contrats publicitaires qu’en brillant sur les cours. Seule gloire sportive, elle figure à la 18ème place des plus gros flops de l’histoire du sport depuis 1979… Mais la postérité lui rend hommage, en donnant son nom à une main de poker constituée de l’as de cœur et du roi de carreau, tour qui, comme son nom de la belle en question l’indique « est très jolie mais ne gagne que très rarement. » Mais ne vous faites pas de soucis pour la petite, elle file le parfait amour depuis plus de dix ans avec Enrique Iglesias, à qui nous ne sommes pas du tout gré en revanche de s’être improvisé roi des dancefloors. La miss joua aussi les actrices, dans le clip d’Escape en 2002, sur lequel elle rencontre d’ailleurs Enrique. Puis elle a participé à une saison de The Biggest Loser, reste à savoir à quel clan elle était sensée appartenir, celui des losers ou des coachs…

Thumbnail

A propos de goûts douteux en matière de conjoints, on ne ratera par Arnaud Clément, qui en plus de nous honorer de son look assez improbable, triomphe au bras de Nolwenn Leroy, l’ex-star académicienne qui chante maintenant en breton. Le problème de ce joueur français, c’est qu’en plus de n’avoir jamais gagné un tournoi d’ampleur et d’être incroyablement mauvais, s’est distingué en revanche par un sens du style bien à lui.


MAIS OÙ SONT FRANK PROVOST ET KARL LAGERFELD ?

Comme je vous l’expliquais dans un précédent article, le mauvais goût n’a pas de frontière, comme le sida, l’exil fiscal ou encore les sauterelles tueuses. Et le tennis, sport aussi prestigieux qu’il soit, n’échappe malheureusement pas à la règle. Bien que les joueurs soient sponsorisés par de grandes marques sportswear, certains se font trop rouler.

A commencer par Arnaud Clément, déjà pas doté d’un sens inné du style. Pourtant, au début, on ne nous a pas menti sur la marchandise, plutôt beau gosse de nature, il a néanmoins traversé certaines périodes folkloriques en matière de style, un peu à l’image de sa carrière, variée mais plutôt chiante, comme un gigantesque néant de victoires tennistiques.

Thumbnail

Arnaud Clément, c’est d’abord le bandana à motifs. Un hipster d’avant-garde incompris ? Un hippie en puissance ? Quand les autres joueurs du circuit ATP portent certes le bandeau, mais uni, avec le logo de leur sponsor sur le front, à la rigueur oui, Arnaud, lui, défie toutes les lois du stylistiquement correct sur les cours avec le fichu de mamie en guise de décoration capillaire.
Il y a là-dessous sûrement un hommage à André Agassi, une superstition selon laquelle il se mettrait soudainement à briller en portant le fameux bandeau. S’il n’y avait que ça… Son grand malheur est d’avoir trop regardé le Tour de France. Résultat, il n’a pu s’empêcher d’adopter les mêmes lunettes et d’avoir l’allure d’un batracien géant une raquette dans la main et des balles qui passent à côté sans pouvoir les rattraper. Coach, où es-tu ??? Troisième élément de doute, sa barbe. Arnaud Clément a souvent arboré le visage poilu, certes. Mais il y a eu quelques périodes d’abus, sa période Florent Pagny par exemple, à un tel point qu’on ne savait plus s’il allait crier sur l’arbitre qu’il n’aura pas sa liberté de penser ou bien servir dignement.

Thumbnail

Je l’ai évoqué plus haut certes… mais comment ne pas s’attarder un peu plus sur le cas(-pillaire) d’André Agassi, l’homme à la chevelure douteuse ? On peut lui pardonner le bandeau, c’était les années 90, et les dérives qu’on leur connaît, soit. En plus, lui gagnait ses matchs. Ce dont il s’agit ici, est plutôt sa crinière de feu, et cette petite frange si mignonne sur une petite fille mais si inappropriée sur Le Kid de Las Vegas. Mais cette coiffure pittoresque n’est qu’une partie de l’étendue stylistique du personnage. Déjà tout jeune, par provocation et dans l’espoir de se faire renvoyer de l’école de tennis de Nick Bollettieri, il disputera une finale en jeans, qu’il gagnera. Ne le répétez pas à Arnaud.

ANDRÉ GROS MENTEUR

Sur le circuit, on le connaît pour ses tenues excentriques, ses shorts en jean pour s’entraîner mais aussi cette coiffe. André est un menteur: Sa calvitie précoce le pousse à porter une perruque, y compris pendant les matchs, très pratique quand on connait le confort de ces choses. Mais on ne peut avoir d’autant plus de respect pour un joueur qui a gagné tous les grands chelems, ce que seuls Federer et Nadal ont réalisé, avec des cheveux en plastique qui grattent sur le crâne.

Thumbnail

Bon, si Rafa est passé derrière et a explosé tous ses records, le chouchou du public parisien a bien géré, et a emballé tranquille la championne Steffi Graf, après avoir partagé la vie de la lagunesque Brooke Shields… 

A noter que la belle d’André partageait certes l’amour du sport avec son amoureux, mais aussi un certain goût pour les tenues pittoresques, entre le short de bain hawaïen et les jupes culottes d’antan.


Thumbnail

Est-ce qu’on parle aussi de Petr Korda ? Coupe de hérisson, gueule de consanguin des Balkans, oreilles toute droit sorties d’un livre de Tolkien. Non. On pourrait aussi évoquer les sœurs Williams, mais Spanghero, depuis sa liquidation judiciaire, ne nous accorde plus crédit.