20130520

Les Macchiaioli, impressionnistes mais pas trop

e8f6550bdf40c465d4ca94c7d6c854fb
dans In Exhibit

Ils étaient Toscans et ne voulaient pas suivre la voie tracée par les anciens. Annonciateurs de l’impressionnisme à l’italienne, ils sont sortis des ateliers pour peindre le réel. De l’impressionnisme par petites touches. C’est-à-dire pas tout le temps. Coincés entre deux mondes, en somme.


Et c’est alors qu’ils sortirent des ateliers, pour peindre en plein air. Révolutionnaire pour l’époque. Ils ont fait cela dans tous les pays, quasi au même moment, les artistes. En Italie, ils s’appelaient les Macchiaioli, et le musée de l’Orangerie leur rend un hommage appuyé. Enfin appuyé… c’est vite dit. Une soixantaine de tableaux à peine, et une exposition expédiée en 45 minutes. Et encore, à condition de prendre son temps…
Qu’importe en réalité la durée, car ces Macchiaioli sont intéressants. Inégaux, mais intéressants. Dans son sous-titre, l’Orangerie s’interroge pour savoir s’ils sont « des impressionnistes italiens ? ». Le point d’interrogation fait toute la différence.

EN RUPTURE MAIS PAS TROP

les macchiaioli jardin

Les Macchiaioli, coincés entre 1850 et 1874 dans une Italie en pleine construction politique, sont en effet pris entre deux feux. Volontiers en rupture, se refusant à suivre la voie tracée par les glorieux anciens, mais pas franchement avant-gardistes non plus.
Les pauvres pâtissent de cet entre-deux. C’est que la photographie n’est pas encore passée par là. Ils n’ont pas besoin de déstructurer ce qu’ils voient. Pas encore. Alors dehors, certes, mais livrant des peintures très classiques la plupart du temps. Avec, quand même, et c’est là que ça devient instructif, quelques jaillissements parfois qui, clairement, annoncent l’impressionnisme. Par petites touches. Petites touches de couleurs en l’occurrence.

COINCES ENTRE DEUX EPOQUES

les macchiaioli les fiancés

D’où leur nom, d’ailleurs. Les Macchiaioli… littéralement « les tachistes », un terme péjoratif donné par la presse de l’époque, et qu’ils se sont empressés de reprendre à leur compte. Ils peignent le bas peuple dans les champs et dans ses activités quotidiennes. Ils peignent la bourgeoise en goguette. Ils peignent les paysages, tels qu’ils les voient, et ne se lancent pas dans de grands portraits académiques, comme on voudrait qu’ils fassent. Ils bouleversent les habitudes, aussi, en utilisant de nouveaux formats de tableaux. Rectangulaires, souvent, pour signifier une vue panoramique.
Ils font preuve d’audaces, donc. Mais pas tout le temps. Pas toujours. Coincés entre deux mondes, on vous dit. Pas l’idéal pour s’assurer d’une postérité. 

Les Macchiaioli, 1850-1874, des impressionnistes italiens?
Musée de l’Orangerie
Jardin des Tuileries
Jusqu’au 22 juillet 2013