20131018

Échanges de fluides au Point G.

POINTG_une-05

S’il n’a cessé d’être sujet de controverse, le Point G n’est nullement un mythe. Plus précisément situé sur la membrane périnéale, à 16,5 mm de la partie supérieure de l’orifice de l’urètre il forme un angle de 35° par rapport à la partie latérale de celui-ci. Mais selon des recherches récentes, des chercheurs de kiff’ lui aurait découvert une toute autre position, au 4 rue de l’Ourcq, Paris 19ème arrondissement


S’il n’a cessé d’être sujet de controverse, le Point G n’est nullement un mythe. Plus précisément situé sur la membrane périnéale, à 16,5 mm de la partie supérieure de l’orifice de l’urètre il forme un angle de 35° par rapport à la partie latérale de celui-ci. Mais selon des recherches récentes, des chercheurs de kiff’ lui aurait découvert une toute autre position. Pour y accéder, aucunement besoin de viagra ou de toute autre sorte de lubrifiant stimulateur. Un simple ticket de métro fera l’affaire.

pointg-01

 

Ce point G dont je vous parle n’est pas vierge de passage.

Beaucoup y ont accédé avant nous, par précaution on a fait le test MST (Maladie de la Street Transmissible) et il était positif. Paraît que l’endroit a été longtemps infecté, squatté par de nombreux chauds du pinceau, graffeurs, SDF, dealers et autres rêveurs modernes.

Ca n’a pas empêché ses derniers résidents du collectif CAAOU (Collectif Artisitque de l’Ourcq) de s’y installer pendant l’hiver dernier et par la même occasion de lui refaire une beauté. Parce qu’un Point G, ça se cajole, ça se gâte, ça se choye, ça se soigne délicatement. Et aussitôt in, aussitôt fait, en quelques semaines ses parois fûrent repeintes de blanc, vêtues d’un élan neuf de créativité, son potentiel érotique et artistique exacerbé.

pointG-04

Oui, depuis décembre 2012, le Point G fût l’heureuse victime de cette étrange maladie que l’on appelle nymphomanie.



HYPERACTIVITÉ

pointG-02On ne compte plus toutes les expériences, expérimentations, expositions, concerts, de tout sexes, de tout genres qu’ont connus les parois du .G
On compte parmi nos derniers orgasmes,

Des soirées ciné-club, tournages de courts métrages, clips parmi lesquels « Nous étions deux » de La Femme, « Gold is Cold » de La Classe,  « Photomaton » de Jabberwocky.

Ambiance théatrale avec Blandine Rinkel et son petit cheval blanc, expo street-art avec le jeune artiste Nepos, des photos par RDLS et Kraken, Grain de Sel et Quartier d’art, expériences scientifiques étranges et autres soirées animées.

Good vibes avec des groupes comme Marquis Moon, Victor Peynichou, Fleur Carré aux platines, le groupe Moneke, du jazz avec original Bingo Club et Gypsy qwing duo…

poingG-03

L’ambiance est à la cool et la petite porte d’entrée reste ouverte à tous même si t’es moche, handicapé, pauvre et mal habillé. Comme chez ta mère, la bière n’est pas bien chère et la mi-fa a l’air sympa. 

 La mi-fa

 

En somme, un radieux échange de fluides continuel sur 10 mois environ ou l’équivalent de la gestation d’un gros bébé. Un bébé qui aurait largement mérité un des plus humble des accouchement. Mais un huissier et un policier comme témoins de naissance, c’est pas ce qu’on espère de mieux en tant que parents.

Vous me suivez ? En fait, après une attaque en justice des Réseaux Ferrés de France et malgré moult tentatives de sauvegarde – aussi vaines qu’elles fûssent été – c’est demain, après presque 10 ans de foisonnement culturel, que les portes du Point G se ferment définitivement à toute initiative artistique.

« Allez vous culturer ailleurs » comme ils disent. 

Sûrement pas dans les futurs logements  pro-bobo de mon *** prévus à l’emplacement du squatt. Et si André Malraux affirmait que “La culture se conquiert”, sachez que la conquête se s’arrête point là chers amis. Nous continuerons à soutenir et à se battre pour la préservation de tous ces hauts lieux d’expression issus de la culture alternative, en voie de disparition, à notre plus grand regret.

Le BLOC
Tour Paris 13
Les Frigos
Le 6B
59 Rue de Rivoli
Le Jardin d’Alice 18ème

ETC.

Sinon le Point G survirtuellement, ici.

Les Chroniqueuses