20131003

Jacques Séguela, gare à la swatch

jcq
dans Les Gens

Parce qu’il a dit « Je reste fidèle à Mitterrand », et que chez Apache on admire (un peu) la dévotion et (beaucoup) toute forme de loyauté, on s’est intéressés au roi de la pub : Jacques Séguéla.


Parce qu’il a dit « Je reste fidèle à Mitterrand », et que chez Apache on admire (un peu) la dévotion et (beaucoup) toute forme de loyauté, on s’est intéressés au roi de la pub : Jacques Séguéla.

Jacques Séguéla est depuis plus de 30 ans dans l’histoire : celle des grands hommes et celle des grandes marques, ayant participé à vingt campagnes présidentielles de par le monde, et plus de 1500 campagnes de pub.

affichemitterrand1981

Né en 1934, Jacques Séguéla devient docteur en pharmacie avant de se lancer dans la pub en 1970 en co-fondant RSCG, qui deviendra Havas dont il est aujourd’hui le vice-président. Il a ainsi piloté pendant 10 ans la communication élyséenne de François Mitterrand ; communication qui démarre en douce fanfare avec « La force tranquille ».
Jacques S. disait alors à ses équipes : « Mitterrand m’a couronné Petit roi de la publicité. Sans lui, vous ne seriez pas aujourd’hui dans ce bureau. Alors que sans moi je pense qu’il aurait été élu aussi ! ». Succès et humilité.
Il accompagnera ensuite Lionel Jospin lors de la campagne présidentielle de 2002, puis soutiendra Ségolène Royal en 2007, au 1er tour du moins, avant d’annoncer qu’il votera au 2nd tour pour Nicolas Sarkozy. Il s’explique : « Les bourdes qui embourbaient Ségolène Royal, ses sautes d’humeur alignées comme des sauts d’obstacles, ses volte-face à faire perdre la face me désarçonnaient ». Un homme normal finalement…
Aujourd’hui ami de Nicolas Sarkozy, Jacques Séguéla est décidément partout.
On ne sait rien sur ses liens éventuels avec François Hollande. Se tâterait-t-il ? En tout cas, il déclarait récemment « François Hollande doit faire comprendre aux français qui il est ». C’est vrai que ce serait bien.
Ou alors ce serait pire.

JACQUES CONSTATEUR PROFESSIONNEL D’ÉVIDENCES DEPUIS 1981

Le publicitaire tient tout de même notre Président en estime, le comparant avec le grand François. Non, pas le pape, l’autre. Il dit de lui : « François Hollande, comme François Mitterrand, est quelqu’un de très solitaire, il écoute beaucoup de monde, fait des fiches, mais décide seul, devant sa page blanche ». C’est peut être le problème.
Jacques nous parle très bien des incohérences de l’ère Hollande : « La gauche, c’est le respect des femmes, on a eu l’affaire Strauss-Kahn. La gauche, c’est l’abjection de l’argent, on a eu l’affaire Cahuzac. La gauche, c’est la défense de la justice sociale, on a un pic de chômage. Le Président doit donc absolument trouver un nouveau combat ». Voilà.
Jacques Séguéla semble donc plutôt censé et extrêmement lucide.

PAPA BONHEUR

urlCôté pub, Jacques a su révolutionner l’image de Citroën ou encore des préservatifs Durex, associant l’humour et la suggestion, en plein dans les années Sida. On lui doit également le concept du « Bonheur » comme nouveau positionnement du Club Med, au travers de deux slogans bien choisis: « Le Club, la plus belle idée depuis l’invention du bonheur », et « Club Med, le bonheur si je veux ». Si je veux le même bonheur que celui ressenti en plein parcours fléché chez Ikea, alors oui, je veux bien.

Nous nous égarons mais, Jacques Séguéla, c’est aussi et surtout un père de famille comblé, impliqué dans l’éducation et la réussite de ses enfants, et qui déclare : « l’école c’est essentiel. On joue sa vie entre 10 et 20 ans. Il faut être le meilleur. ». Il n’a pas tort, surtout quand on sait qu’à l’heure du bilan il sera facile de vérifier que tous les enfants Séguéla ont bien leur Rolex au poignet. Gare à l’échec. Gare à la Swatch.

LA DÉPRESSION ÇA CRAINT

séguéla livre

Enfin, Jacques S. est un auteur qui a récemment publié « Merde à la déprime ». Il y évoque et déplore la sinistrose ambiante qui touche notre société, sinistrose récemment amplifiée par la crise. Ben oui c’est vrai que c’est à déplorer.
Pour Jacques, on aurait quand même toutes les raisons d’être optimistes :

« Avec nos 820 000 bébés par an, nous dépasserons l’Allemagne en 2030 et deviendrons ainsi le plus grand et plus puissant pays d’Europe. »

« De plus, en 2050, notre langue sera parlée par plus de 700 millions de personnes dans le monde – 80% en Afrique, qui deviendra alors un continent clé pour notre futur. »

Et puis, d’un point de vue économique, il ne nie pas le taux de chômage en augmentation constante et reconnaît que l’automobile et l’industrie lourde s’effondrent, mais pense que « nous approchons de la sortie du tunnel ». Il insiste sur le fait que nous sommes très bien placés dans les secteurs du luxe, de l’énergie, de l’agriculture et du divertissement. En résumé, Jacques affirme que nous sommes un pays riche. Preuve en est que « la Tour Eiffel a été évaluée à plus de 430 milliards de dollars par les américains. » (…)

Bref, notre principal problème serait notre état d’esprit, un peu comme si nous étions réfractaires au bonheur (décidément il y tient) alors que le roi du Bhoutan, lui, « ne parle pas de Produit National Brut mais plutôt de Bonheur National Brut. Son pays est jugé à l’aune de son bonheur, et lui sera également jugé à l’aune du bonheur qu’il est capable de donner à ses sujets. Si on faisait cela, je crois que cela changerait tout, mais il y a chez nous un problème d’état d’esprit. » 
François H., tu sais ce qu’il te reste à faire.
Alors j’étais d’accord pour oublier cette histoire de Rolex, mais pour moi c’est l’ouvrage de trop.

seguela-diffamation-1063781-jpg_930925
Maintenant j’hésite un peu : est-il un homme normal qui a connu une ascension foudroyante et a un peu perdu pied ensuite? Ou est-il juste con ?
Loin de nous l’idée de trancher. D’autant que, en son temps déjà, Pierre Desproges avait visiblement beaucoup réfléchi à la question : « De deux choses l’une, disait-il. Ou bien Jacques Séguéla est un con, et ça m’étonnerait quand même un peu. Ou bien Jacques Séguéla n’est pas un con, et ça m’étonnerait quand même beaucoup ! ».