20131104

Chéri, je t’ai dans l’pif !

pif (1)

C’est une expression couramment utilisée : « Celui-là, je le sens pas ». Mais quand on l’applique au pied de la lettre, le résultat peut être… étrange.


On en a vu des techniques de rencontre, de drague, de fabrication de concepts plus ou moins originaux…
Des plus ou moins morales, avec certains sites qui font la promotion de l’adultère par exemple : trompe ton mari, c’est tellement plus rigolo. Des plus ou moins lourdes, comme ce petit jeune qui a défrayé la chronique avec sa vidéo « Comment embrasser une inconnue en 10 secondes », ou encore Guillaume, la nouvelle « Pleye » de NRJ…
Enfin bref, parmi les multiples façons de se rencontrer, il y en a une qui a retenu mon attention : « les phéromones parties ».
Exit les tests de personnalité et le statut social façon Attractive World,

L’HEURE EST AU RENIFLAGE.

de-0419-465657-front
Directement importé des États-Unis (on dit merci qui ?!!!), le concept se déploie désormais en France, notamment à Nîmes. Sacrés nîmois !

Le principe ? On s’inscrit pour la soirée afin de rencontrer l’âme sœur. On porte le même T-shirt 3 nuits d’affilée, puis on le met dans un sac congélation et on se rend à la soirée avec son petit sac. Les sacs sont ensuite distribués aux hommes qui vont pouvoir se laisser aller à humer les sacs de ces chères demoiselles et inversement (sans savoir à qui appartient ledit T-shirt sinon ce n’est pas drôle).
Ensuite, si la magie opère et qu’on tombe in love d’une odeur (Yummy !), on se fait prendre en photo avec le T-shirt élu par nos narines et on se voit vidéoprojeté sur un mur : c’est vrai, le ridicule ne tue pas…

pheromone-1-Large-533x400

Et voilà, les deux personnes sont mises en contact !
Bon, le site ne dit pas si l’attraction pour une odeur est purement unilatérale et comment est gérée ce genre de situation délicate.



C’est vrai qu’on dit souvent que l’homme est un animal comme les autres… Donc, finalement, se renifler comme les chiens, cela mettrait un peu de piment, non ?

SNIFFING IS THE NEW SEXY?

Si votre réponse est positive, voici un petit rappel d’un cours de biologie de 4ème avec Madame Perrotin (c’est sûr, l’ingénieur gadget excellerait plus dans ce délicat exercice). Prenons la définition de notre bon vieil ami Wikipédia : « Les phéromones sont des substances chimiques émises par la plupart des animaux et certains végétaux et qui agissent comme des messagers entre les individus d’une même espèce, transmettant aux autres organismes des informations qui jouent un rôle dans l’attraction sexuelle notamment.« 

Donc les animaux et les plantes vertes, check. Mais quid des êtres humains ?
Eh bien, la science n’a pas vraiment résolu la question. Nos scientifiques se disputent encore à ce sujet. Et oui, il s’agit d’un sujet controversé et pas du tout communément admis. D’abord parce que l’olfaction est très altérée chez nous (on ne se sert plus de notre nez comme quand on chassait dans les cavernes, si tu veux). Ensuite parce que notre sensibilité aux odeurs va, dans certains cas, induire un comportement physiologique (les narines qui s’ouvrent, les pupilles qui se dilatent, le cœur qui s’accélère) ou émotionnel (« Oh chouette, ça sent bon ! », « Mais ça pue, c’est dégueulasse, je suis incommodé. »), mais a priori pas comportemental (« Je vais m’envoyer en l’air avec ce bipède tout de suite »).

mauvaise odeur

Et puis, quand on aime l’odeur de quelqu’un, c’est quand même après l’avoir rencontré, l’avoir VU, avoir échangé des paroles avec cette personne. Quand on en est au point de la renifler, le degré d’intimité est déjà bien entamé.
C’est quand on aime quelqu’un qu’on aime son odeur. Enfin, ça y fait beaucoup.
Parce que le chemin : « J’aime ton odeur, donc je t’aime » sans tout le packaging autour… Même Disney ne s’y est pas frotté.

Enfin bon, si on n’est pas convaincu par le principe des Phéromones parties, on pourra toujours se réfugier dans un bar à chats