20131114

Élection du maire de la nuit: Clément Leon R, un programme à cinq grammes

1469778_10202496971362517_426638484_n

Quitter Paris? Tout le monde y pense et Clément Léon R, notre nouveau maire de la nuit le premier! Boissons trop chères, transport, voisins relous… Un espoir se dessine dans ce jeune bômeur de 31 ans qui se couche rarement avant 6h, n’a pas un sou mais 6487 fêtes à son actif et qui aujourd’hui a décidé de faire face à son destin de noceur. Il était temps que la nuit devienne religion à Paris.


Quitter Paris? Tout le monde y pense et Clément Léon R, notre nouveau maire de la nuit le premier! Boissons trop chères, transport, voisins relous, bref tout! Mais enfin une issue se dessine peut être dans la personne de ce jeune bômeur célibataire de 31 ans. Il se couche rarement avant 6h du matin, n’a pas un sou en poche mais pourtant 6487 fêtes à son actif et aujourd’hui, il a décidé de faire face à son destin de noceur. Il était temps que la nuit devienne religion à Paris.

LE CHANGEMENT, C’EST CLÉMENT!

En politique, même électronique, on ne gagne pas sans une bonne base électorale. Clément Léon R lui, la travaille depuis 10 ans dans tous les rades de la capitale. C’est sur le zinc qu’il a composé son programme main dans la main avec les gérants et fêtards parisiens devenus ses amis. Son truc à lui, c’est le terrain! « Si vous ne votez  pas Clément Léon R je ne vous donne pas de bulletins! » Samedi dernier au Mansart, la couleur était donnée. C’est soir d’élection et ici, Clément Léon R est favori! Ce dernier arrive poursuivi par iTélé, traînant les journalistes vers le baby foot, pour échanger quelques balles sans s’arrêter de livrer son discours bien rodé. Ne vous laissez pas avoir par sa photo de campagne, Clément Léon R n’a ni gel dans les cheveux ni smoking sur les épaules. D’ailleurs il ne s’appelle pas vraiment Clément Léon R non plus.. C’est un grand fumeur de roulées aux oreilles percées, une grande « gueule d’arraché » fort sympathique.  Une icône est née.

Au terme d’une timide campagne sur Facebook, seuls 2189 parisiens ont voté cette nuit là. Cela fait tout de même 678 voix pour Clément dont 500 fidèles sont peut être passés à Pigalle mais peu importe, CLR a le dossier bien en main!
Son credo? Le vivre ensemble! Pour lui, les riverains ne peuvent pas avoir le beurre et l’argent du beurre. Si on opte pour un décor animé, on fait une croix sur le calme et on investit dans du double vitrage. Un réalisme gagnant! Face à lui, Gogol Premier, le journaliste de Radio France ou le publicitaire à chemise n’ont pas fait long feu.

L’INTERVIEW

Joint au téléphone le lendemain de sa victoire, il s’est prêté pour notre plus grand plaisir au jeu des questions réponses.

En tant qu’homme de la nuit, il va sans doute être difficile de garder le rythme avec tes nouvelles responsabilités?  « Mon quotidien a déjà beaucoup changé depuis un jour.. Je me suis couché à minuit et demi hier et levé à 6h30 alors que ça ne m’est pas arrivé depuis très longtemps. Je n’ai pour l’instant fait que répondre aux sollicitations. »

Il paraît que tu t’apprêtais à quitter Paris? «  J’allais partir, mais on m’a poussé à me présenter et j’ai fini par prendre ce rôle de maire de la nuit très à coeur. Donc je suis resté. J’avais envie de Bruxelles, Berlin, Istanbul, Bombay, des endroits en B en quoi.. »

Et que fais tu dans la vie? « Je fais ce que je veux! Je suis auteur à la base, j’étais rédacteur pour le Dôme (site financé par la boisson énergisante Go On), je l’ai quitté et c’est là que je me suis concentré sur les élections. J’organise aussi les soirées Dikssa, au Blue Club (prochaine le 23 novembre). »

Le poste de maire de la nuit, entièrement bénévole ne va pas te rapporter beaucoup de sous et pourtant Paris est chère! A en croire la lecture de tes récits de soirées sur le Dôme, tu as trouvé le filon en ne payant ni entrées ni conso.. C’est ça le secret?   « Je ne promettrai pas, comme certains concurrents de baisser le prix des consos, faut pas se leurrer! Après, je suis étonné que les gens continuent à aller dans les lieux chers! Tous les endroits ne sont pas hors de prix à Paris. Carmen c’est plus cher que le Bonnie and Clyde. Le Mama Shelter c’est plus cher que le Face Bar. Et globalement, les patrons de bars ne sont pas des mafieux qui s’en mettent pleins les poches. Moi je n’ai pas d’argent mais du bagou et des amis..c’est vrai que ça aide  »

Ton langage écrit est effectivement très fleuri, ce qu’on encourage chez Apache, mais as-tu envisagé d’apprendre la langue de bois afin d’assumer ton nouveau rôle?  « Y a des moments où je me dis qu’il faut que je sois consciencieux quand je parle mais j’ai aussi ma personnalité! Quand j’écris, ça me libère, les gros mots ça peut être poétique. Si j’ai envie de dire bite, nichon, couille, je vais te le dire, d’ailleurs je suis en train de le faire. Mais je suis aussi très poli, je suis le gendre idéal s’il le faut. »

[NDLR Clément Léon est célibataire et l’a également fait savoir dans Metro News. Anyone?]

UNCENSORED: CLÉMENT LÉON R

clementleonr

Et dire que Sébastien Tellier se prend pour Dieu, à côté de CLR, c’est du pipeau. Pour les fidèles, voici une compilation bonus de ses meilleures répliques, pré-électorales, à lire et relire sur le site Dôme.

« La dernière fois que j’ai  mangé c’était des bonbons et des chips, j’ai faim je pourrais bouffer une bite de chien. »
Ça a quel goût?


« Je m’étais en fait rabattu sur un vieux livre de Bernanos déjà lu, puis sur une vieille émission de Hanouna jamais vue et si captivante que je préférai finalement scotcher sur mon chat qui se léchait le cul, tout comme j’essaye de le faire quand j’ai trop bu. »
J’en connais un qui ne sera pas invité de si tôt chez Delanoë

« Nous voilà donc sorti de cet appartement aux volets fermés et la première lubie qui me prend est de trouver des lunettes de soleil, non pas pour me protéger de la lumière, mais pour grimer ma vieille gueule d’arraché. »
C’est pas moi qui l’ai dit..

« A peine arrivé je me dirige à l’étage, commande un verre, je rêve d’une Go On pour me remettre d’aplomb. Ils n’en vendent pas ici mais putain miracle, une copine qui devait nous rejoindre plus tôt en a une bouteille dans son sac ! »
Bien joué le placement de produit!

« Quand je dis « on », j’entends les branleurs dans mon genre qui se prennent pour des chroniqueurs mondains influents parce qu’ils sont conviés à des soirées où ils côtoieront des vedettes dont ils diront du mal par la suite, des shlags en somme. »

Si ça ça vous donne pas envie de sortir…