20140303

Bruxelles, la plus belle des villes moches

IMG_2921

Le premier réflexe d’un bruxellois, c’est défendre sa ville, son centimètre carré européen chaotique et bigarré, la ville qu’il adore détester, mais qu’il défend face aux attaques extérieures, souvent injustes et non documentées. Bruxelles, la plus belle des villes moches.

par

‘’Ooowh yeah! Brussels mate! That’s like a lot of offices and the EU and shit, right?’’

Mais ferme ta gueule le pouacre londonien sorti d’un catalogue Urban Outfiters, goumeur de pizza friteuse, employé du tertiaire adulescent sneakerhead, fagoté fusion street schlague consultant en coolness !

Ça, c’est ce que j’aurais dû dire, au beef eater de passage à Paris. Mais comme lui, j’avais trop faim pour être drôle, tel un SDF qui ne joue plus les copywriters lol avec ses pancartes.

‘’No man, it’s not like that…’’

Le premier réflexe d’un bruxellois, c’est défendre sa ville, son centimètre carré européen chaotique et bigarré, la ville qu’il adore détester, mais qu’il défend face aux attaques extérieures, souvent injustes et non documentées. Bruxelles, la plus belle des villes moches.

Ca envoie du top 10, de la pédophilie, de l’eurocrate endormi à l’hémicycle, de la chronique torchée par des reporters calés entre le quartier EU Schuman et la Grand Place rue des pitas. Bah ouais ma gueule, qu’on t’envoie 24 heures à Paris bien tassé entre La Défense, Rivoli et Pigalle, tu reviendras gorgé d’admiration et chargé à bloc pour ta fine analyse.

BRUXELLES, LA VILLE LA PLUS CHIANTE D’EUROPE?

IMG_2950

Mais c’est aussi la Most boring city in Europe pour TripAdvisor, une étude pondue sur base d’environ 2.000 voyageurs (varie selon les sources), pas par des journaleux trop occupés à besogner leur smartphone pour s’extasier devant notre art nouveau. Alors pourquoi tant de putain de haine ?

Tout d’abord, on parle d’une étude de 2008 (oui, mise en contexte, tout ça), depuis nous avons eu droit à pas mal d’efforts de city branding, et avec un peu d’internet, de Ryan Air et d’Erasmus, les choses nous semblent, à nous Bruxellois un peu différentes en plus de 5 ans. Rappelle-toi de ta vie il y a 5 ans, jeune européen, et ose me dire sans mentir que c’était exactement pareil.

Ensuite, est-ce que tous les connards, qu’ils soient plutôt Eastpak ou Louis Vuitton, passant par notre trou bleu à étoiles jaunes (le drapeau belge pour certains), s’empressent de publier à tout va leur orgasme touristique, en dénonçant l’injuste fatwa pourave qui a tant frappé Bruxelles ? Laisse moi réfléchir : non.

Ici le plaisir ça se recherche, ça se mérite. Pas de Gran Via, pas de Ramblas, pas de 5ème putain d’Avenue ou de Champs. Si tu ne connais pas, si tu ne cherches pas, tu niques ta mère bozo.
De plus, le journalisme et le blogging étant une activité super pointue où personne ne ramasse le vomi des autres pour le remâcher, bon nombre de sources de 2008 à fin 2013 reprennent… la même source pour dire texto qu’à part le chocolat et la bière, Bruxelles ça sent la défaite. Sérieusement ?! La bière et le chocolat ? T’as sucé PPDA ?

BRUXELLES, BERCEAU DE TOUS LES BERCEAUX

IMG_2912

Donc la capitale berceau de courants architecturaux étudiés partout, berceau des créateurs et designers qu’on s’arrache mondialement, roots de courants de musiques électroniques, où toi petit cloporte consommateur peut vivre un style de vie épicurien sans risquer l’hémorragie bancaire, ça t’en touche une sans faire bouger l’autre ? T’as préféré mastiquer ta gaufre de touristos et cuver tes Chimay au Délirium ? Mais retourne donc acheter tes contrefaçons Obey à Camden, moisissure à casquette.

N’étant pas une ville où tout est centralisé, tu aurais dû connecter avec les vrais, les locaux.
Que ce soit le péteux au petit pull à cheval sur le dos ou la schlague de Molem, ils auraient pu te montrer le chaos, la diversité de la ville, et non tu n’aurais pas fait la Rue Neuve, mais tu serais passé de Flagey à Bailli, de Dansaert aux Marolles, de St Catherine au Châtelain, de St Gilles à Uccle pour une house party de pétasses ghetto chic avant de niquer tes Jordan XII collectors dans la boue du Wood. Des riches, des pauvres, des ploucs, des arty, des péteux, des brusselaers, des expats, des draris.

Oh oui, Londres c’est des chavs et des poshs, Paris c’est les banlieusards, les michto et les mannequins… so chic, mais que quelque part dans cette ville d’un million d’âmes, il y ait autre chose que des lobbyistes en costard et des chinois chez Marcolini, ça t’a pas effleuré le bout de l’iPhone, pute.

Je te propose à toi, lecteur à la toute puissance pouvant faire vaciller notre image en quelques coups de pouces sur ton téléphone, de venir me trouver la prochaine fois que tu dois passer par notre hub à cons qui pue la bière de moine et le chocolat au poivre rouge.

Je dis dois car tout le monde est forcément obligé de passer par ici, ne serait-ce que pour venir voir tes potes juristes mutés à chaudes larmes de leur Paris natal, ô phare de la culture mondiale (mais tout de même content de ne plus taper la moitié de leur salaire pour un 12 mètres carrés), tes cousins venus étudier dans nos écoles d’art et de médecine pour en extraire la moelle et sucer la mamelle européenne gorgée d’euros et de bière pas cher, ou prendre ton vol transit vers une destination qui encule comme Berlin (super, des restes de RDA, des Trabant et des kicks de techno). Tu vois, en plus on n’est même pas de mauvaise foi ici. Appelle moi, à toute.