20140630

Femme entraîneuse ? La révolution attendra !

helena-costa-revolution-attendra

Dans l’ouragan Coupe du Monde, deux femmes ont fait le buzz ces dernières semaines pour donner au sport un virage historique dont Helena Costa nommée entraîneur de l’équipe du Clermontfoot 63. Retour sur THE transfert foiré de l’été.


Dans l’ouragan Coupe du Monde, deux femmes ont fait le buzz ces dernières semaines pour donner au sport un virage historique. Si Amélie Mauresmo est devenue la première femme à entraîner un joueur de tennis professionnel, en la personne d’Andy Murray, c’est du côté de Clermont Ferrand que les regards se sont tournés. En Mai, Helena Costa a été nommée entraîneur de l’équipe du Clermontfoot 63. 

Une première dans l’histoire du foot professionnel prouvant que les femmes font désormais bien partie du paysage sportif moderne. Cet événement fera beaucoup de bruit….pendant quelques semaines seulement, la Portugaise décidant finalement de rentrer à casa, en juin, juste avant la reprise de l’entraînement et de la préparation estivale. Entre fiction et réalité, retour sur THE transfert foiré de l’été et sur un événement historique pas comme les autres.

OUI, CES DAMES JOUENT AU RUGBY!

Pierre de Coubertin est notre père à nous amateurs et passionnés de sport. A nous, fans des cours d’EPS au collège et au lycée. Après deux heures de maths, deux de philo et deux heures d’histoire, on pouvait enfin terminer la journée tranquille en glandouillant au cours d’EPS. Pourquoi ? Parce que Pierre de Coubertin a révolutionné la pratique du sport en militant pour l’introduire à l’école à la fin du 19ème siècle. Aussi parce que le mec est le fondateur du Comité olympique qu’il présidera jusqu’au début 20ème siècle. En revanche, ce type était un gros macho. Epoque oblige nous dirons, car ce Monsieur du sport moderne avait une idée bien arrêtée sur le sport féminin. Inintéressant, inesthétique. Ou encore: la femme doit participer aux Jeux Olympiques pour remettre les récompenses et pour couronner les vainqueurs, disait-il à ses collègues. C’est sur cette philosophie de vie que les femmes ont donc suivi la naissance du sport moderne. Comme d’hab, les miss partent avec une longueur de retard sur leurs collègues masculins. Il faudra se battre pour prouver que les baskets et le short peuvent aussi dessiner une belle silhouette.
Au 21ème siècle, les choses ont fort évolué. Les mentalités aussi ! Oui, les femmes jouent au foot, lancent le javelot, et j’en passe. Si Pierrot voyait ça, il se retournerait dans sa tombe « Quoi ? Il y a des femmes lanceuses de poids ? Ahrgghhhhhhh ! » Malgré les disparités et les inégalités d’avec leurs homologues mâles, le sport féminin se développe dans tous les secteurs, comme le prouve la coupe du Monde féminine de rugby. La septième édition aura lieu en France, à Paris, du 1er au 17 août, cette année. Et oui, les gars, les femmes se plaquent aussi sur le rectangle vert. Version tirage de cheveux en short et crampons ! Niveau foot, Pierrot n’aurait vraiment pas supporté la nouvelle suivante : une femme a bien failli prendre les rênes d’une équipe masculine professionnelle de football.

EXPERTE DU BALLON ROND

Certaines femmes en savent bien plus que nous, niveau foot. Le cliché de « Chéri, tu peux m’expliquer la règle du hors-jeu steuplé ? » existe encore bel et bien mais il n’y a pas que ça. Helena Costa a été recrutée par le club de foot professionnel Clermont Ferrand, évoluant en deuxième division, pour entraîner l’équipe première masculine. Au vu du parcours de madame, le choix du président, Claude Michy, n’avait rien d’étonnant. Helena Costa possède un joli CV : un parcours en sciences du sport avant d’enchaîner avec un Master en analyse du jeu, puis une formation d’entraîneur avec l’UEFA et la fédération portugaise de football. Courir pendant 90 minutes ne l’intéresse pas, Helena préfère la vue depuis le banc de touche. Analyser, scruter, repérer, encourager, pousser des gueulantes à la mi-temps, voilà son trip !

Helena_Costa

Avant de rejoindre la ville Michelin, Helena avait fait ses armes avec les jeunes du Benfica, avec l’équipe amateur senior de la Sociedad de Recreación y Deportes Cheleirense avec qui elle remporte le championnat amateur régional. Sa personnalité et sa réussite ont même attiré à l’étranger puisqu’elle se chargera aussi du recrutement pour le Celtic Glasgow avant d’être engagée comme sélectionneuse de l’équipe féminine du Qatar. Puis fera de même avec la sélection de l’Iran, en 2102. Avant le coup de fil de Clermont Ferrand. Bref, Helena a tout de la technicienne hors pair et aurait sûrment renvoyé bien plus d’un coach mâle sur les bancs de la Fac !

Moment historique pour les uns, coup marketing pour les autres, Helena Costa fait parler et attire les journalistes. Les médias viennent de France, mais aussi du Portugal ou encore d’Espagne. Jamais Clermont n’avait autant attiré caméras et micros. Gros coup de projecteur sur un club qui galère depuis pas mal de saisons dans l’antichambre de la Ligue 1. Le club auvergnat renaît et son président se frotte les mains. « Certes on joue en Ligue 2, certes on est mauvais mais on va parler de nous ». Lors de la première conférence de presse d’Helena, le président n’est pas le seul à sourire. Les journalistes se marrent et fantasment déjà sur ce qui pourrait advenir du quotidien des joueurs sous la houlette Costa. Ils l’imaginent rouge de honte devant tous ces mecs à moitié à poil dans les vestiaires ou encore incapable de réagir devant les blagues sexistes de ses joueurs. Bref, ils n’arrivent pas à la voir diriger des mecs qui végètent dans le ventre mou la Ligue 2. Fine tacticienne ok, mais c’est surtout de la poigne qu’il faut pour réussir ici. La PQR sent qu’elle va pouvoir s’en donner à coeur joie dans ses futurs papiers. Ça fait des années que plus rien ne se passe dans ce club auvergnat qui était à deux doigts de descendre en National cette saison. Côté palmarès, il faut remonter à l’après-guerre pour trouver trace d’une demi-finale en Coupe de France. La Une de l’Equipe en mode : « Le petit poucet auvergnat crée encore l’exploit en Coupe de France! », n’a jamais existé ici. Nada, walou, niet !

CHELSEA A MOURINHO, CLERMONT RÉCUPÈRE MOURINHA?

Helena Costa tombe donc à pic pour des journalistes qui ont la dalle. Mais ces derniers ne vont pas faire les malins très longtemps. Tout d’abord, la native de Lisbonne aurait mis les points sur les i à la première conférence de presse. « Appelez-moi l’entraîneuse. Et oui les mecs, le féminin d’entraîneur existe bel et bien. Il va falloir vous y faire ! Et s’il vous plaît, arrêtez de me surnommer Mourinha ou la Mourinho à jupons. J’ai un prénom et un nom, de famille. Bientôt c’est le Special One que vous surnommerez le Costa en costume ! » Et tac ! Dès son arrivée au club, elle a mis les choses au clair. « Je veux être vue comme un entraîneur normal et non comme une femme. Si j’ai des mauvais résultats, je serai virée comme n’importe quel autre entraîneur. »

Les semaines passent et arrive la fin juin. La période tant attendue pour chaque club de foot : la fameuse reprise de l’entraînement. Mais, décidément, à Clermont, rien ne se passe comme chez les autres. Contre toute attente, Helena Costa décide finalement de renoncer au poste d’entraîneur. Une décision soudaine qui tarde encore à être expliquée….officiellement. Car selon certaines sources proches de l’entraîneuse, la raison est simple. Helena aurait été déçue du comportement des joueurs, beaucoup plus efféminé que ce qu’elle avait pu connaître dans les pays du Golfe persique. « En Iran, ça filait droit, ici les mecs sont ingérables… », aurait-elle confié à un de ses amis. Le premier contact avec les joueurs aurait même tourné au cauchemar. Tous seraient arrivés en retard. « J’ai dû aller les chercher dans les vestiaires, ils étaient encore en train de se coiffer…mais qu’est-ce que vous avez les Français avec les coupes de cheveux ? C’est quoi ces princesses qui passent plus de temps devant la glace qu’à faire des abdos ? » L’effet Coupe du Monde dirons-nous. A force de faire des gros plans sur les gueules des joueurs et leur coiffure, voilà ce qui arrive. « Il n’y a aucun sérieux. Les mecs n’arrêtent pas de jouer à la Play Station. Et quand je les battais à Fifa, ils partaient pleurer dans leur chambre. Bref, je n’ai pas tenu. » Damned, quelle histoire !

MACHO MACHO MEN

La version officielle est un peu moins drôle puisque Helena Costa a confié aux médias portugais qu’elle ne s’était tout simplement pas sentie respectée au sein du club. D’une part, parce que le club recrutait sans son accord. Et d’autre part parce que le directeur sportif, Olivier Chavanon, l’a toujours ignorée et avait résussi à installer un climat délétère en quelques semaines et seulement quelques mails. Voilà ce que ce dernier aurait répondu au dernier courriel de la coach : « Tu me fatigues avec tes tonnes de mails, je ne suis pasn ton exécutant. » Très sympas comme relations de travail mais pas très pro quand il s’agit de préparer toute une saison de foot…Si l’entraîneur s’était nommé Laurent Blanc, le directeur sportif se serait exécuté sans broncher ! Mais il faut croire que les héritiers de Coubertin sont encore bien présents dans le paysage footballistique français. Difficile pour une seule femme de changer des décennies de machisme. Et pourtant, Helena était arrivée avec son sourire, son excitation et son ambition pour finalement tomber dans un traquenard auvergnat sexiste, méprisant et verrouillé. Du coup, la Lisboète a préféré partir plutôt que de s’engager dans une expérience qui aurait pu très mal tourner.
De son côté, le président choisit l’humour et en rajoute une couhe pour commenter le choix de Helena: « c’est une femme, elles sont capables de nous faire croire un certain nombre de choses. (…) Elle a simplement dit : “Je m’en vais.” On n’a pas réussi à lui faire changer d’avis. » Elle part avec son secret. Pas certain que la Portugaise ait apprécié la réplique…
Pierrot peut dormir tranquille. Les mentalités évoluent dans le sport mais il y a des limites nom de dieu !