20141218

Keep calm and Chemtrails on

IMG_6909

Parmi les nombreux complots qui mettent en danger la survie de l’espèce humaine, il y en a un qui touche le monde entier, et qui tous les jours nous bouffe à petit feu. Juste au-dessus de nos têtes.


chemtrail

Pour faire cours : les trainées de condensation laissées derrière eux par les avions ne seraient pas des trainées de condensation (« contrail » en anglais). Il s’agirait de produits chimiques (d’où l’expression « chemtrail ») destinés à nous nuire. On pourrait en rester là, rigoler un bon coup et passer à autre chose. Malheureusement on voit de plus en plus de sites propager la rumeur, pourtant vieille, et de plus en plus de gens relayer ce terrible complot. Alors je prend les devants pour vous donner quelques clés sur ce qui sera peut-être le lauréat de Top Complot 2015.

A L’ORIGINE ÉTAIT LA GEO-INGENIERIE

Depuis les années 50, on parle régulièrement de modifier l’environnement à grande échelle par des méthodes industrielles. Le premier à y avoir pensé est le grand mathématicien et physicien Von Neumann : il avait suggéré qu’en cas de nouvel âge de glace, il faudrait recouvrir tous les glaciers de poussières, pour qu’ils arrêtent de réfléchir le Soleil : ainsi on pourrait réchauffer la Terre. Heureusement la Terre se réchauffe déjà toute seule, et personne n’a donc pensé à tester cette idée farfelue.

Depuis, plein de gens ont eu beaucoup d’autres idée à la con, et certaines sont mêmes testées. De 1950 à 1970 par exemple, on a fait moult expériences d’ensemencement des nuages : un peu d’iodure d’argent, et paf on fait pleuvoir plus sûrement que Géronimo et son orchestre. C’est une technique encore utilisée aujourd’hui en Espagne notamment, ou à Pékin. Pendant les JO, pour ne citer que ça, le gouvernement chinois faisait exploser les nuages loin de la capitale pour éviter qu’il ne pleuve sur le village olympique.

Il y a d’autres idées vachement sympas liées au problème du réchauffement climatique : depuis que l’on sait, suite à de grosses éruptions (comme celle du Pinatubo en 1991) que le soufre expulsé dans l’atmosphère refroidi la planète, certains rêvent d’en pulvériser partout.   Heureusement cela n’a jamais été mis en pratique.

Ce qui a été mis en pratique de façon stupide et contre-productive, c’est l’idée de fertiliser les océans. 20% de sa surface est totalement libre de plancton, qui sont pourtant capable d’absorber du C02 (ce qui est dans le vent en ce moment). Alors certains proposent de balourder des tonnes de sulfate de fer dans l’océan pour fertiliser ces 20% vide, afin de les couvrir d’un plancton qui absorbera plein de C02 et sauvera la planète (Plancton powaaa !). Heureusement, à la conférence sur la biodiversité de Bonn 2008 les gouvernements un peu flippés ont demandé un moratoire sur ce genre de pratique casse-cou. L’Allemagne n’en ayant cure lança l’année suivante une douzième tentative d’injection de particule de fer. L’expérience fut tellement foireuse qu’on a renforcé le moratoire et rédigé la convention de Londres pour arrêter ces stupidités.

Voilà donc ce qu’on appelle la Géo-Ingénierie : des professeurs nimbus prêts à modifier des écosystèmes entiers avec quelques tonnes de soufre-cuivre-fer, etc …

pmrdxl

En réalité ce genre de fantasmes date surtout des années post-guerre, où après la maitrise du nucléaire l’homme se croyait tout puissant et maitre de la nature (et conservait de gros budgets de défense dont on ne savait que faire). Il essaya à peu près tout, avec plus ou moins de succès. Savez-vous qu’on a même essayé de construire des avions nucléaires ? Finalement ça n’était pas rentable, parce qu’il fallait changer le pilote trop souvent (et qu’il fallait plusieurs mètres de béton de protection dans le cockpit). En tous cas, l’homme a remis les pieds sur terre depuis, et aucun scientifique ni aucun gouvernement ne croit sérieusement pouvoir résoudre les problèmes du monde entier avec quelques produits chimiques. Pas besoin de s’affoler donc de ce côté-là.

Les paranoïaques en revanche ont retenu une chose : les gouvernements ont testé plein de trucs chimiques, à grande échelle, et ne nous disent, de façon générale, pas tout. Il est donc tout à fait probable qu’ils aient des techniques secrètes et dégueulasses (ça n’est pas impossible en effet). Malheureusement si le doute est permis, l’angoisse permanente et la peur du complot fait souvent prendre des vessies pour des lanternes.

UNE ÉPIDÉMIE MONDIALE DE GOUTTES D’EAU

Selon les partisans de cette théorie, il y aurait des épandages de produits toxiques faits en permanence au-dessus de nos têtes. Par des avions militaires, ou des avions civils, ou les deux, en semaine et le week end, ou chaque premier du mois, ou les jours en i, voir les mois en –bre suivant une faction dissidente. En tous les cas il suffirait de regarder le ciel pour s’en convaincre : on voit très distinctement que certaines trainées d’avions mettent plus de temps à se dissiper, s’étalent et font comme un voile laiteux. Ha ha , la preuve est là devant les yeux de tous, les trainées ont l’air de faire des choses bizarres, donc on va tous mourir. Comment pouvez-vous mettre en doute l’évidence même ? Levez les yeux et vous verrez, suppôts des Illuminati reptiliens !

Sans déconner, il s’agit là de l’argument central de la théorie des chemtrails : il y a des trainées parfois qui ont l’air bizarre. Certains se plaignent même qu’elles forment des quadrillages, ce qui serait la preuve d’un épandage systématique. Comme il s’agit tout simplement des différents couloirs aériens, et que c’est vraiment un argument bidon, les plus intelligents ont arrêté de l’utiliser. Mais ça va loin quand même dans la paranoïa.

Unknown

Il est vrai qu’en regardant bien on verra une grande variété de comportements parmi les trainées de condensation. Et parfois en effet, certaines semblent s’éterniser, en s’étalant lentement. Ne paniquez pas et respirez doucement, tout ceci est normal. Les réacteurs d’avions rejettent des gaz très chaud. En fonction de la température, de la pression et de l’humidité de l’air (qui dépend de l’altitude, du vent, de la région … ) une trainée de condensation se formera, ou pas : c’est-à-dire que l’eau contenue dans les gaz chauds va se refroidir au contact de l’air très froid, et va geler. Exactement comme cela se passe dans un nuage. Ensuite elle disparaitra plus ou moins vite, pouvant rester parfois pendant plusieurs heures. Si l’air est très humide par exemple, alors des nuages peuvent se former spontanément aux alentours, et la trainée restera longtemps avant de se dissiper (Les partisans du complot diront eux que les produits chimiques épandus ont fabriqué les nuages alentours, c’est diablerie). Pour les partisans de la théorie des chemtrails, il est évident que ces trainés n’ont rien de commun, qu’il n’y en avait pas il y a quelques années, qu’elles n’ont rien à voir avec ce qui est connu, et que la Nature est violée. Tout ceci est faux, puisqu’il y en a depuis que les turboréacteurs existent et un nombre incommensurable de photos et vidéos le prouvent.

Ensuite la physique explique très bien cette formation de cristaux de glace, et la grande variété des comportements observables (tout simplement tel que décrit plus haut) . Je n’ai aucune preuve qu’aucun gouvernement ne se soit jamais tenté à faire des expériences bizarres. Mais lorsque je vois une trainée de condensation d’avion, il convient, tout sceptique qu’on soit, d’appliquer le principe du rasoir d’Ockham. Ce philosophe du Moyen-Age a exprimé l’un des plus sages principes : lorsqu’il s’agit de construire un raisonnement explicatif, il faut toujours réduire le nombre d’hypothèse nécessaire au minimum (sorte de principe de sobriété). En l’occurrence, pour expliquer la trainée de condensation que j’observe dans le ciel, la simple physique me suffit. Pourquoi devrais-je invoquer un complot gouvernemental ? Je le ferais si certaines observations m’y forcent, mais pour l’instant il n’y a pas l’ombre d’un phénomène irrégulier qui nécessite d’ajouter cette hypothèse.

D’ailleurs il est amusant de noter que cette hypothèse satisfait encore moins aux observations : comme la trainée de condensation résulte d’un refroidissement des gaz chauds d’échappement, elle se forme plusieurs mètres derrière l’avion, le temps que le gaz refroidisse. S’il s’agissait de produits chimiques épandus derrière l’avion la trainée devrait commencer dès le fuselage de l’avion. Ce qu’on observe pourtant jamais.

COMME TOUS LES SOIRS MINUS

Et quel serait le but de ces épandages ?

Pour les pourfendeurs du nouvel ordre mondial, il s’agirait de pacifier les populations, de leur refiler le cancer ou autres trucs sympas. Pourtant si l’on veut vraiment intoxiquer une population, il est préférable de le faire à basse altitude, parce que les trainées, elles, se forment très haut : plusieurs milliers de mètres. Le temps que ça touche le sol, quelque chose d’aussi léger peut avoir parcouru des centaines de kilomètres ! Vous arrosez Bordeaux et on retrouve le tout à Toulouse. Bravo la précision chirurgicale. Bien plus efficace serait de répandre ça directement dans le circuit d’eau : quelques tonneaux bien vidé à l’insu de tous, serait beaucoup plus efficace que des centaines d’avions répandant au petit bonheur la chance. D’ailleurs si c’est le cas, je me demande comment les responsables de ce genre de décision se prémunissent de leur cochonnerie. Quand commence l’épandage de la zone Ouest ils demandent à leur famille et proches habitant la Bretagne de se balader avec un masque à gaz pendant une ou deux semaines, de la façon la plus discrète possible?

Et pourquoi pas le répandre au sol directement dans des gaz d’échappement ? J’ai personnellement vu des volutes suspectes derrière certains véhicules d’Etat. La Poste ne serait-elle pas, par hasard, le nouveau bras chimique armé du gouvernement ?