20150121

The Curater : on a toujours besoin d’un Picasso chez soi !

curater_canvas_1

Surpopulation ou désert culturel, voir une exposition peut être aussi exténuant qu’impossible selon votre localisation… Déjà connus pour leur activisme graphique et un à-propos modesque bien senti, Acne Studios se lance aujourd’hui dans le sauvetage de la vie culturelle en lançant le Curater, un système d’exposition numérique qui sent bon le présent…


Les Suédois d’Acne étaient connus pour leur goût, leur sens graphique, leur nez modesque. En bientôt vingt ans de méfaits, le collectif créatif scandinave pointu de 1996 est devenu un studio d’avant-garde, une figure de proue de la mode, un groupe de communication célébré pour son oeil.
Il ne manquait plus qu’une petite révolution pour faire de cette institution du bon goût un joli colosse. C’est chose faite avec leur toute dernière prouesse: le Curater, une diagonale de 17 à 60 pouces qui pourrait bien révolutionner la vie culturelle.

Voyez plutôt :

Acne Frame, Weegee Johan Holmgren Victor Press

Evitez le crochet X ou la patafix, un Pollock écrasé au sol ça la fout mal

Le Curater, puisqu’il faut l’appeler par son nom, est un écran à accrocher dans son salon, sa cuisine ou au cagibi… Là où l’on souhaite s’inspirer. Car cette diagonale sans fil, haute-définition toute de LED vêtue, accueillera 6 à 8 expositions par an, organisées sous la houlette de commissaires d’exposition, afin de transformer votre salon en Centre Pompidou voire en Pinacothèque.
Andy Warhol, Picasso, Soutine, les Impressionnistes, Monsieur Grabeuz… 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 et 365 jours et des brouettes par an ! En collaboration avec des institutions de premier ordre et des commissionnaires qui vont bien, le Curater diffusera en permanence une collection d’oeuvres exclusives d’artistes célébrés par la planète Terre (et son satellite). Le Curater n’aura par définition pas de limite et vous pourrez bouffer vos coquillettes-jambon trop cuites en admirant un Delacroix ou un Dubuffet selon le thème choisi par votre nouveau mentor esthétique.

Car c’est bien de mentor dont il s’agit. En effet, ainsi que nous l’a fort gentiment expliqué l’un de ses deux créateurs, Johan Holmgren (en team avec Victor Press), l’interactivité ne sera de mise que jusqu’ à un certain point. Chaque exposition sera diffusée pendant un certain laps de temps, chaque oeuvre pendant un certain nombre de jour et « l‘on ne pourra pas voir les oeuvres à venir, mais seulement naviguer à travers celles déjà présentées dans l’exposition en cours. »

curater_canvas_5

Le Curater est un support quasi magique tout droit venu d’un présent bientôt dépassé par la digitalisation progressive des oeuvres.
Une digitalisation qui, certes, promet beaucoup mais ne va pas sans soulever de nombreuses questions du côté propriété intellectuelle de la Force. Mais, comme nous l’a confié un pourtant confiant Johan, « les copyrights c’est la jungle« .

PARISIENS ET PROVINCIAUX, CECI EST POUR VOUS

Que vous soyez un infâme Parigot submergé par les hordes de touristes et la surpopulation qui vous empêchent de voir une expo sereinement, ou un honorable clampin perdu au fin fond de votre campagne, le Curater peut vous sauver la vie culturelle. Si ce n’est carrément garantir votre prestige personnel (auprès de votre maman, votre concierge, Fleur Pellerin, c’est sans limite) car il ne sera distribué dans un premier temps qu’à 500 privilégiés. Lesquels pourront par la suite coopter leurs camarades de dînette par invitation. Si l’abonnement mensuel sera « raisonnable » aux dires de Victor, le Curater ne sera pas ouvert directement à l’inscription.

ACNE launches curater, the world's first digital art exhibition system

LA TOILE ENTRE DEUX CHAISES

Mi-élitiste, mi-populiste, à cheval entre le côté « art pour tous » du street art et celui plus select du commissaire d’exposition particulier ouvert à un groupe coopté, le Curater se situe aux confluents de démarches contradictoires. Pour brouiller encore un peu les pistes, 50 écrans seront envoyés au hasard à quelques heureux signataires d’un formulaire présent sur le site. Voilà qui devrait sensiblement révolutionner le rapport aux expositions et très certainement à l’art. Contemporain ou non mais furieusement moderne.

Le lancement aura lieu dans les douze prochains mois. En attendant, inscrivez-vous pour faire partie du gratin et filer allumer un cierge pour espérer faire partie des 500 privilégiés qui auront peut-être bientôt un Braque suspendu au-dessus de leur canapé Ikéa.