20150521

Des nouvelles cosmiques

nouvelles-espace-cosmos-rosetta-apachemag-01

D’une mission l’autre : New Horizons commence sa mission autour de Pluton – Rosetta continue son étude de la comète CG – Messenger s’est finalement crashé sur Mercure


Pendant qu’ici-bas on se fout sur la gueule, pour de multiples raisons obscures qui échappent au plus grand nombre, là-haut ça ne chôme pas.  Dans la joie et la bonne humeur qui plus est : sur Mars, Curiosity continue à se passer un disque tous les matins pour se mettre de bonne humeur avant le travail. Ça s’est Palace (même si écouter tout seul Happy Birthday le jour de son anniversaire, ça a son petit côté mignon, mais un peu creepy aussi, isolé sur une planète aride à plusieurs millions de kilomètres de la Terre). Toujours est-il que ces petites bêtes électroniques que l’homme a envoyé de ses mains explorer les horizons lointains continuent sans relâche leur travail de fourmi. Et on peut dire qu’en ce moment c’est l’effervescence du Printemps :

CA VIENT D’OÙ LES NAINES ?

Pour commencer, nous assistons en direct au début d’une mission passionnante sur Pluton : New Horizons, qui a été envoyé en 2006, arrivera au-dessus de la planète naine cet été.  Alors petit truc énervant entre le départ et maintenant, on a décidé de retirer à Pluton sa carte de membre du club des planètes. Un club select qui ne comptait que 9 membres. Ce qui est un peu emmerdant vu qu’on a tous appris une phrase mnemotechnique pour se souvenir de leur nom, et qu’elle tombe tout d’un coup à l’eau.

Quand j’étais au primaire, mon prof avait eu la bonne idée de nous demander de créer nous-même cette phrase mnémotechnique pour qu’elle nous soit plus personnelle. Ce qui est un peu dangereux, parce qu’à 9 ans on n’est pas franchement des pros de la langue de Molière. En tous cas moi j’avais mis à contribution toute ma famille, ce qui s’était transformé en atelier Oulipo, terminant sur un monstrueux patchwork que je vous livre pour le plaisir : Mes Voisins Tournent Mal, Je Suis UN Play-Boy (Mercure, Venus, Terre, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune, Pluton). Non seulement c’est une phrase bizarre, mais le plus étrange c’est que je continue à l’utiliser aujourd’hui. Sauf qu’en ayant enlevé Pluton, la phrase a encore moins de sens. Pauvre de moi.

Alors pourquoi New Horizons s’est ainsi fait spolier pendant son absence, et pourquoi Pluton est devenu officiellement planète naine, une sorte de sous-division vachement moins prestigieuse? Plusieurs raisons à cela, la plus claire étant peut être l’inclinaison de son orbite. Si vous avez déjà vu des représentations en 3 dimensions du système solaire, vous aurez surement remarqué que toutes les planètes orbitent  dans le même plan. C’est-à-dire que ça fait un truc plat. Vous pouvez vous amuser à représenter les planètes et le soleil avec des oranges, des litchis et des balles de golf sur le tapis de votre salon (évitez les boulettes de bœuf bolognaises, rapport au tapis).  Pluton par contre décide de faire n’importe quoi, avec une inclinaison de son orbite beaucoup plus forte. Si vous voulez la représenter aussi il faut demander au petit dernier de tenir un petit pois en l’air, et de se balader avec de haut en bas. Du coup comme en plus c’est tout petit Pluton, on s’est dit que finalement c’était juste un gros caillou de l’espace un peu bordélique, comme il en existe pas mal d’autres.pluto

Il n’empêche que c’est passionnant d’aller voir à quoi cela ressemble. Comme on l’a déjà dit dans les différents articles sur la mission Rosetta (et comme ça sera répété plus bas), on ignore encore énormément de choses sur le système solaire et sa formation. Et par conséquent sur l’origine de la Terre, de la vie sur Terre, et donc sur l’origine des Chtis. Ce qui est une véritable question existentielle, devenue même centrale sur la chaine philosophique D8. Comme il y a deux types de planètes bien précises, les planètes telluriques (Mercure, Vénus, Terre, Mars) qui sont durs et plein d’éléments chimiques assez lourds, et les planètes gazeuses (Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune) plein de trucs légers, Pluton est un peu à part. Elle n’est pas gazeuse alors qu’elle est derrière la ligne des glaces. Vous me direz c’est quoi ce merdier de ligne des glaces (Et si vous ne me le dites pas je le dis moi même pour ne pas se laisser installer un silence gênant)?

Et ben mon pote c’est la raison pour laquelle il y a des planètes telluriques et des planètes gazeuses : au début du Système Solaire, il y avait le Soleil et un paquet de poussières et de gaz qui se trimballait autour en faisant des cercles. Proche du Soleil il faisait chaud et tout ce petit monde bronzait peinard en se rapprochant petit à petit les uns des autres, pour former de petites boulettes sous l’influence de la gravité (ambiance vacances et barbecue). Au-delà de la ligne des glaces, c’est-à-dire une certaine distance du Soleil, il commençait à faire quand même plus froid et les molécules d’eau qui se trouvaient là-bas gelaient. Elles faisaient des petits cristaux, et s’agglutinaient entre elles assez rapidement. Du coup on se retrouvait avec des boulettes assez grosses. Puis l’effet boule de neige : de gros on est passé à très gros puis à très très gros. Et le gaz, léger et guilleret, qui se baladait tranquille, commença à être attiré par ces grosses boulettes. Tout le gaz du système Solaire fut attiré par ces grosses boulettes, ce qui forma les géantes gazeuses, Jupiter, Saturne, Uranus et Neptune. Les petites boulettes bien au chaud formèrent des planètes plus petites, Mercure, Venus, la Terre et Mars.

Pluton elle c’est une naine de glace. La naine des neiges (Libéréééé, délivréééé).  Et on n’a jamais trop étudié ces trucs là ; D’où ça vient, pourquoi, tout ça. On se doute que c’est un peu comme les comètes, qu’on trouve dans la ceinture de Kuiper, plein de morceaux de glace justement avec un peu de poussière collé dessus. Genre tous les cristaux de glace qui n’ont pas réussi à devenir gros assez vite. Mais New Horizons est la première à aller voir ce qu’il se passe véritablement sur Pluton.  Tout cela promet donc de nous apprendre beaucoup de choses sur la formation du système solaire, et sur les objets qui se trimballent en banlieue.

new_horizon

Cerise sur le bateau, new Horizons contient les cendres de Clyde Tombaugh, l’astronome américain qui a découvert Pluton en 1930. Il s’agit donc de l’homme dont les restes sont les plus éloignés de la Terre de toute l’humanité. Ça aussi c’est Palace.

DORMIR OU SE REVEILLER, TELLE EST LA QUESTION

Et qu’est-ce qu’ils deviennent nos Rosetta et Philae ? Hein ?

Et bien Philae fait toujours un gros dodo. Après s’être posé n’importe comment (genre négligemment allongé sur le côté style romain décadent), Philae avait fait le maximum d’observations possibles. Mais dans une position aussi cavalière, le Soleil reçu par ses panneaux ne lui permit d’être actif qu’une journée et quelques. On attend impatiemment que le rapprochement du Soleil soit suffisant pour pouvoir le réveiller (on a déjà essayé plusieurs fois, mais pour l’instant c’est walou).

Mais cela n’empêche pas Rosetta et Philae d’avoir ensemble produit des résultats très importants. L’analyse de leurs données ont permis de comprendre en décembre que l’eau qui est présente dans la comète n’est pas la même que celle qu’on trouve sur Terre. Les molécules ne sont pas réparties pareil. On parle de saveur : rien à voir avec Top Chef, mais avec la répartition isotopique. En fait il y a plusieurs façons de faire un atome de quelque chose. Par exemple un atome d’oxygène, ou de carbone. On peut mettre dans son noyau autant de neutrons qu’on veut. C’est une particule neutre qui ne change pas la nature de l’atome. Suivant le nombre de neutrons qu’on a mis, ça fait différents isotopes du même atome. Vous avez le carbone 14, qui contient 14 neutrons. Mais on peut faire du carbone 12 si on veut. Sauf qu’on ne le fabriquera pas de la même façon. C’est comme cela qu’on sait que le carbone présent dans l’atmosphère provient essentiellement de combustion : donc a priori de l’homme (ou alors il y a des énormes feux de forêts cachés sous la mer). En effet le CO2 relâche par les Océans, par les glaces ou autre ne proviennent pas de combustion ; ce n’est pas le même isotope.

rosetta_azote

Rosetta a donc découvert que l’eau présente sur la comète CG n’est pas la même que celle qu’il y a sur Terre. Difficile donc d’imaginer que l’eau présente sur Terre provient des comètes. En tout cas de celles qui ressemblent à cette comète là. Y aurait-il d’autres comètes avec une eau plus proche de la nôtre dessus ? Mouais peut être. En tout cas en mars on a découvert en observant les jets s’échappant de la comète que l’Azote qu’ils contenaient, elle aussi est de composition différente que celle qui se trouve sur Terre.  Les comètes sont des petits morceaux de glace et autres trucs qui sont très très vieux et assez éloignés aux confins du système solaire. Ils sont de l’autre côté de la ligne des glaces, et sont fait de morceaux de glaces et de poussières qui ne sont pas devenus assez gros pour devenir des planètes. Parfois ils se baladent et c’est là qu’ on les croisent. On pensait que c’est de là que venait un peu tout. Apparemment non. Dans la recherche de nos origines, on a donc toujours pas retrouvé nos Parents. Où faut il chercher alors ? Peut être du côté des astéroïdes ?

Les astéroïdes sont déjà un peu plus des bouts de planètes telluriques. Eux ils se baladent justement  sur la ligne des glaces, entre Mars et Jupiter. C’est la ceinture d’astéroïdes. Est-ce que ce seraient des sortes de briques universelles dans lesquelles il y aurait un peu de glace, un peu de nos éléments chimiques, comme l’azote, etc ? Et que c’est de là que viendraient l’eau et la vie qu’il y a sur Terre ?

En se rapprochant du Soleil, la comète CG va de plus en plus dégazer et on pourra faire de nouvelles analyses. Peut être même que Philae se réveillera ?

MESSENGER EST DEFINITIVEMENT HORS SERVICE

On avait déjà eu des missions vers Mercure, qui n’avait fait que la survoler, comme Mariner 10.  Il faudra attendre Messenger en 2011 pour qu’on place une sonde en orbite autour de la planète et qu’on prenne des photos hautes résolutions pour faire des fonds d’écrans stylés (et aussi un peu de Science).  C’est ainsi qu’on découvrira qu’il existe des granularités particulières sur Mercure. Des formations géologiques très peu touchées par des cratères de météorites, ce qui prouve qu’ils sont très jeunes : quand vous faites un trou sur une planète (remarquez que je ne vous demande pas pourquoi vous faites ça d’ailleurs, alors que je trouve ça passablement puéril et inutile), plus vous attendez plus il y aura d’autres cratères qui se superposeront au gré des impacts de météorites. C’est même une méthode de datatation : on peut donner l’âge d’un cratère en fonction du nombre d’impacts qui se sont inscrits par-dessus. Et bien là ces formes de granulés bizarres ont à peine quelques millions d’années. Presque des puceaux quoi.  Y aurait-il  encore une activité géologique sur Mercure ? Est-ce que cela provient d’un dégazage, d’une fonte, d’une ébullition ? On a découvert beaucoup d’éléments chimiques sur cette planète qu’on n’aurait jamais pensé être aussi présent, comme le potassium ou le soufre. Deux éléments qui bouillent à des températures assez faibles. Il y aurait donc des blurps blurps à la surface de Mercure ? Il est trop tôt encore pour trancher, mais ce sont des nouvelles fascinantes qui montrent à quel point on ignore encore énormément de choses sur notre système solaire qu’on explore depuis seulement 50 ans !

messenger_pics

Après ces découvertes, et des milliers de photos (250 000 pour être exact),  Messenger arrivait en bout de mission, n’avait plus d’essence et devait nous dire adieu. Alors elle vient de se crasher à Mach 12 (14 000 km/h quand même) à la surface de Mercure, dans une sorte de hara kiri pour la Science. Les dernières données qu’elle nous aura envoyées permettront d’avancer encore et toujours dans la découverte de ces gigantesques espaces inconnus.