20150530

Hey Roland, y a Garros qui remet ça !

RolandGarrosCentral

Hey, mais c’est Roland-Garros qui commence ! Oui, le célèbre tournoi du Grand Chelem reprend ses droits Porte d’Auteuil du 24 mai au 7 juin. Deux semaines de terre battue, Patrick Bruel dans les tribunes, Nelson et Laurent Luyat au micro, les cris de Sharapova en live, Nadal qui se décolle le slip en prime time sur […]


Hey, mais c’est Roland-Garros qui commence ! Oui, le célèbre tournoi du Grand Chelem reprend ses droits Porte d’Auteuil du 24 mai au 7 juin. Deux semaines de terre battue, Patrick Bruel dans les tribunes, Nelson et Laurent Luyat au micro, les cris de Sharapova en live, Nadal qui se décolle le slip en prime time sur France Télé… Oui la grande fête du tennis est bien de retour à Paris. Rangez les crampons et sortez les raquettes, car ici, et seulement sur Apache, vous saurez exactement ce qui vous attendra durant cette quinzaine parisienne. Roland-Garros c’est chouette mais autant partir préparé, car l’ocre, chers Apachiens, ça s’apprivoise.

QUI SERONT LES PROTAGONISTES ?

Bonne question mon cher Watson et plutôt logique de commencer par-là ! Mais attention, si vous êtes fan de l’effet de surprise, sautez ce paragraphe car spoiler en perspective. Cette saison, Roland aura un parfum historique. Oui Monsieur. Car c’est Novak Djokovic qui soulèvera le trophée des Mousquetaires le 7 juin prochain ! Je l’annonce, je signe et les amateurs de balle jaune me diront que je ne me mouille pas. Je l’admets, le Serbe est le grand favori cette année au regard de son incroyable début de saison. Trop fort, Djoko défonce tout sur son passage. Depuis décembre dernier, Nole a remporté Paris-Bercy, le Masters de Londres, l’Open d’Australie, puis a réalisé un enchaînement de dingue Indian Wells, Miami, Monte-Carlo et Rome en 2015. Invaincu depuis belle lurette dans les tournois majeurs, Djoko arrive à Paris sûr de lui contrairement à Nadal qui fait de la peine en ce moment.

L’extraterrestre de la balle jaune accumule les défaites et fait pitié sur le court. L’Espagnol aux neuf Roland-Garros est à la rue et balance du revers dans les tribunes en veux-tu en voilà. Pis, aucun titre sur ocre en ce printemps 2015. Chose incroyable mais bien réelle. Rafa arrive à Paris et sa deuxième casa n’a jamais été aussi proche de changer de proprio. Je m’y risque mais Rafa ne gagnera pas la 10ème et pourra se mater tranquillou la finale de la Champions à la télé. Ah non, suis-je bête, l’Espagnol est fan du Real…VDM !

Oh oui Maria, crie encore et encoreeeeeeeee !!

Oh oui Maria, crie encore et encoreeeeeeeee !!

Chez ces dames, « le tableau est très ouvert », nous dira Lionel Chamoulaud (je suis sûr qu’il la lâchera à l’antenne). Entre Serena, Maria, Petra et Simona, la lutte sera tranquille jusqu’en quarts avant que ces dernières ne fassent le show lors des derniers jours. Pas la peine de vous farcir les premiers tours féminins, revenez plutôt le mercredi 3 juin. C’est là que les choses sérieuses commenceront. Et ces quatre-là se disputeront le titre final.

Côté frenchies, on s’émerveillera devant tant de qualifiés pour le deuxième tour (youhouuuuuuu quel exploit) avant de vivre la désillusion habituelle des matchs suivants. Sérieusement, les résultats décevants et « les c’était une bonne défaite » continuent pourrir le tennis tricolore… Si vous devez choisir, privilégiez le show Monfils !

ET LES AUTRES ?

En ce qui concerne le reste de la populace tennistique, on suivra de près les perfs de Nishikori, Dimitrov, David Goffin, Philipp Kohlschreiber ou encore le jeune qui monte qui monte grave Nick Kyrgios, à peine 20 ans et qui s’est offert le scalp de Federer à Madrid. Ces mecs pourraient bien gratter quelques surprises, histoire d’enflammer un tableau souvent trop lisse et trop prévisible.

COTE COUR

RG ce n’est pas qu’un tournoi de tennis, c’est aussi le show France Télé et le défilé des people à travers les allées du site parisien. En tribunes ou même sur les terrains, vous apprécierez la présence des grands noms du show business français et international. L’occasion de voir Jean-Pierre Castaldi taper la balle sur les courts des VIP. Ce type fait comme les gamins, à l’aube de chaque nouvelle édition de Roland, il ressort sa raquette afin de faire le guignol devant les caméras. Ces gars sont prêts à tout pour se faire mousser par les médias. Même à se ridiculiser, en sueur, en nous offrant 50 fautes directes à la minute. Dans les tribunes, Patrick Bruel et Jean Rochefort entoureront le mec qui dort (la caméra fait toujours un zoom sur un mec qui dort en tribunes), les polytechniciens, un président ou ex président d’Etat, David Douillet, bref la team habituelle.

Il ne ferait pas un peu chaud là ?

Il ne ferait pas un peu chaud là ?

Autre personnalité récurrente de l’ocre parisien : Henri Leconte qui portera encore la double casquette. L’humoriste en mode micro ou raquette en mains. A chaque Roland, Riton vient gratter ses minutes de télé. Expert tennis pour Eurosport, il aime aussi ressortir la tenue pour participer au trophée des légendes avec Mansour. Mansour qui ? Mansour Bahrami pardi. Ancien joueur de tennis franco-iranien dans les années 80, il atteindra une superbe 198ème place au classement ATP. Instant de gloire dans une carrière qu’il aurait mieux dû dédier à la comédie.

"Et si je la balançais directement en tribunes ?"

« Et si je la balançais directement en tribunes ? »

 

Mansour est le créateur du trophée des légendes qui remet en selle les vedettes de tennis à la retraite le temps d’un tournoi où le tennis est relayé au second plan. Le but est de lâcher quelques jolis points tout en amusant la galerie. Et ça Mansour, il sait faire, surtout quand il joue le double avec son pote Leconte. Et quand les deux se font interviewer par Cyril Hanouna, vous avez bien fait d’allumer votre télé. Le trophée des légendes, c’est la touche marrante, une façon de désembourgeoiser un sport toujours autant réservé aux élites du peuple bleu. Le tout bercé par un zeste de nostalgie. Les gueulantes de McEnroe, la démarche de dinosaure de Pioline, le service volée de Forget, la coupe folklo d’Ilie Nastase, les rails de coke de Hingis, les lunettes de Navratilova. Bref, un retour dans le passé et l’occasion de voir des athlètes qui ont marqué l’histoire du tennis.

COTE MEDIAS

Vous n'en perdrez pas une miette !

Vous n’en perdrez pas une miette !

« Vous savez tout ce que l’on vous souhaite » Une marque de fabrique. Un slogan. Une tradition. Avant de rentrer sur le court central, Nelson Monfort glisse son petit encouragement au creux de l’oreille des joueurs. Dans un style unique, plat, plus que politiquement correct et tirant vers la nuance bisounours, Nelson Monfort est toujours fidèle au poste à Roland-Garros enchaînant les doublages en espagnol et en anglais pour les spectateurs de France Télé incapables de comprendre autre chose que la langue de Molière. Cheveux bien plaqués, style vieillot toujours au top, Nelson part à la rencontre des stars de la balle jaune et des people qui garnissent les tribunes. C’est le mec qui vous transforme un match de merde en moment historique. Le gars qui brossera toujours dans le sens du poil et qui complimentera à jamais les Français. Un enthousiasme d’enfant, des maladresses à la pelle qui le rendent attachant pour certains, complètement lourd pour d’autres, mais qui en font un optimiste bien réel. Le fer de lance du tout est beau, tout est gentil,  vas-y que je te fasse de la lèche, sera sur votre écran pour une nouvelle quinzaine. De quoi compenser l’absence de Plus Belle la Vie à 20h. France 3 n’a pas le choix car si les rencontres s’éternisent, il faudra garder l’antenne Porte d’Auteuil après 20h. Plus belle la Quinzaine de Roland !