20150909

L’été, il n’y a pas que le windsurf !

windsurf-329056_640

Eté ou pas, la planète sports ne s’arrête jamais de tourner. Entre juillet et septembre, les athlètes ont encore réalisé quelques belles prouesses. Si vous aviez décroché, voici un petit résumé des faits marquants de la période estivale. En farfouillant bien, on a encore pu dégoter quelques pépites. Comme dirait Patrick Montel, Vive le Sport. Magnéto.


Le plus original !

Point de nouveau volet de la série Harry Potter. Ni de film. Mais un sport. Un vrai dont le nom pourrait très bien avoir sa place dans une liste de desserts hongrois. Le Quidditch. Cet été ont eu lieu les premiers jeux européens de Quidditch en Italie. Pour la majorité des mortels, ce sport est inconnu mais pour les fans d’Harry Potter, cette activité n’a plus aucun secret. Le Quidditch a été en effet inventé par JK Rowling dans la série du jeune magicien. Le vif volant, la balle d’or et les balais collent parfaitement à l’imaginaire magique d’Harry et de ses potes. En 2005, deux étudiants américains transforment cette activité fictive et magique en sport bien réel. Depuis 10 ans, cette activité n’a cessé de se développer aux quatre coins de la planète jusqu’à devenir un sport à part entière avec une fédé internationale –oui messieurs dames –, des sélections nationales, une Coupe du Monde et donc des jeux européens. Cocorico ! Car ce sont les Bleus qui sont montés sur la plus haute marche du podium. Mais vous me direz, on s’en tape. Raconte-nous plutôt comment fonctionne ce sport.

Oui, oui, ils courent bien avec un balais dans le cul !

Oui, oui, ils courent bien avec un balais dans le cul !

Deux équipes de joueurs s’opposent. Chacun des membres de l’équipe se déplace avec un balais entre les jambes. Le but est de mettre le souaffle dans les anneaux placés de part et d’autre du terrain et qui sont défendus par un gardien dans chacun des camps. Parmi ces tarés, on retrouve des batteurs lançant des cognards et un attrapeur qui doit récupérer le vif d’or. Le précieux qui permet de remporter de gagner 50 points et de plier la partie dans le même temps. De la fiction à la réalité, il n’y a qu’un pas et on s’adapte. Personne ne s’envole dans les airs et c’est au sol que tout se décide. Quant au vif d’or, ce n’est qu’une petite balle jaune disposée dans une chaussette. La chaussette étant accrochée à la ceinture du porteur. Imaginez la scène : des mecs en balais qui essayent de choper un ballon de volley (le souaffle) pour le foutre dans des anneaux. Et d’autres types qui se courent après pour récupérer la chaussette magique. Ça va dans tous les sens, chacun respectant son rôle dans le but de, bien sûr, remporter le plus de points pour son équipe. Normalement vous n’y comprenez toujours rien, c’est pourquoi Youtube intervient. En vidéo, vous prendrez plus conscience de  ce joyeux bordel.

 

La plus précoce

Alzain Tareq ne lit pas Harry Potter. Elle n’a certainement pas le temps. Car, son délire à elle, c’est la natation. Cette gamine, originaire du Bahreïn, a été l’attraction des championnats du monde à Kazan. Pourquoi ? Parce qu’à 10, elle est devenue la plus jeune nageuse de l’histoire à participer à un Mondial de natation. La fédération internationale n’impose pas de limite d’âge et, grâce aux invitations accordées aux différents pays, le père d’Alzain – qui est aussi son entraîneur – a pu balancer la petite dans le grand bain et des séries du 50 m papillon et du 50 m nage libre.  Alzain établit des records de précocité et enchaîne les longueurs depuis qu’elle a 5 ans. Nageuse la plus rapide de son pays, son père a jugé opportun de l’inscrire à la compétition. Histoire qu’elle se mesure aux meilleures du monde. Histoire qu’elle commence à s’imprégner de l’ambiance des grosses épreuves internationales. La famille Tareq a l’objectif des JO 2020. Dès lors, Alzain aura 15 ans possèdera un corps plus formé et disposera réellement de compétences pour se battre avec les meilleures. En natation, tout va très vite et à 15-16 ans, certaines deviennent déjà championnes du monde. Si dans le fond, les meilleures de chaque pays peuvent participer, why not ? Il y a ceux qui trouvent ça mignon, gentil, émouvant. Et d’autres qui trouvent ça répugnant, malsain, incompréhensible, ridicule, inutile, voyeur. C’est vrai quoi à 10 ans, tu ne t’éclaterais pas plus à lire Harry Potter non ?


Dans le même temps, Floren Manaudou montre les muscles et s’adjuge trois médailles d’or, tandis que Philippe Lucas tire toujours autant la gueule devant les caméras de France télé.

 

Le plus lointain

L’île de la Réunion remporte la 9ème édition des jeux des îles de l’océan indien. La délégation s’adjuge 209 médailles dont 84 en or. Madagascar, Mayotte, les Seychelles, les Maldives, l’île Maurice, les Comores et donc la Réunion ont envoyé des athlètes pour s’affronter au travers de différentes épreuves comme le foot, le basket, la natation ou encore l’athlétisme. Des mini jeux olympiques sauce océan indien. C’est comme les Jeux européens de Bakou, tout le monde s’en tape mais c’est toujours important de penser à ceux qui sont trop loin pour les médias.

 

Les plus invincibles

« Je vous avais dit que je le ferais les gars. Je suis un Don, un seigneur, et je suis heureux ». Usain Bolt peut se permettre de pavaner. Aux Mondiaux d’athlétisme à Pékin, le Jamaïcain a encore écrasé de tout son talent la compétition. A chaque course, il écrit encore un peu plus sa légende. Cet été il est devenu l’athlète le plus titré en championnat du monde en s’adjugeant le 100m, le 200m et le relais 4x100m. Au total, cet extraterrestre en est déjà à 11 médailles d’or. Juste impressionnant.

Je peux me la jouer sur la piste car je reste le meilleur, tralalalalaaaaa !!!

Je peux me la jouer sur la piste car je reste le meilleur, tralalalalaaaaa !!!

« Pour moi, quand on monte sur le tapis, ça doit bastonner ». Teddy Riner, huit fois champion du monde de judo dans la catégorie + de 100 kilos. Le Français n’a plus perdu un combat depuis septembre 2010. En Août, il a de nouveau raflé la médaille d’or lors des Mondiaux d’Astana au Kazakhstan. 8 médailles d’or. Personne n’a jamais fait aussi bien dans l’histoire des tatamis. Ce mec vient d’une autre planète. Il est le seul, l’unique au sommet de son sport. Phénoménal.

 

Le plus beau gosse

Une déferlante médiatique s’abat sur l’Olympique de Marseille. Rien d’anormal, surtout quand Marcelo Bielsa démissionne de son poste d’entraîneur après seulement une journée en Ligue 1 et qu’il faut trouver de toute urgence un nouveau coach. Dès lors arrive José Miguel Gonzalez Martin – ou plus communément appelé Michel – qui change totalement l’approche des journalistes complètement focalisés sur le style beau gosse du nouvel entraîneur.

Notre Dame de la Garde n'est plus la seule star de Marseille !

Notre Dame de la Garde n’est plus la seule star de Marseille !

 

Les expressions du style « Beau Gosse » et  « Des allures de George Clooney » ressortent régulièrement dans les papiers de la Provence and co. Par contre, le bilan sportif n’est pas terrible car pour l’OM c’est déjà trois défaites en quatre rencontres. Les journaux vont vite ressortir l’angle récurrent « Crise dans la cité phocéenne ».

 

Le plus polémique

Si la Jamaïque est toujours le pays roi du sprint, une autre nation mondiale est en train de prendre de l’ampleur dans l’univers de l’athlé. Le Kenya a dominé les Mondiaux d’athlétisme, à Pékin, en remportant 16 médailles dont 7 en or. Une démonstration de force surprenante quand ce pays d’Afrqiue noire est plutôt habitué à glaner des breloques sur les courses de fond et de demi-fond. Cette année, les Kenyans étendent les performances de choix dans moult disciplines et remportent notamment l’or sur 400m haies et…lancer de javelot. Une perf historique dans l’histoire de la discipline habituellement réservée aux scandinaves et aux européens de l’Est. Mais, cette année, la planète a découvert Julius Yego, un gros bébé de 26 ans au physique imposant. Cette force de la nature ne s’est pas contentée de devenir champion du monde puisqu’il a tout simplement réalisé la 3ème meilleure performance de tous les temps ! Il se dit qu’il s’entraîne à lancer toutes sortes d’objet depuis qu’il est tout petit et qu’il a commencé à se lancer dans la discipline en regardant des vidéos de lanceurs de javelot sur youtube. Mais c’est quoi ce délire ? Sachant que les Chinois se mettent aussi au sprint, ils sont devenus vice-champions du monde du 4×100 m. L’univers de l’athlé part en cacahuètes. Il n’y a plus de respect pour les traditions. Bref, il n’en fallait pas plus pour insinuer des cas de dopage dans les rangs kenyans. Deux coureuses de 400m, Joyce Zakary et Koki Manunga, seront suspendues suite à un contrôle positif…

 

Le plus improbable…ou presque !

sochi-2014-262145_640

Pékin va devenir la première ville à accueillir et JO d’été et JO d’hiver. Après avoir organisé les Jeux olympiques de 2008, la ville chinoise est aujourd’hui toute fière d’être l’hôte des Jeux Olympiques d’Hiver 2022. En concurrence avec Alta Ama du Kazakhstan, le CIO a finalement penché pour la candidature de la ville qui ne possède PAS DU TOUT de neige naturelle… Alors que la cité kazakhe possédait pourtant cet élément de base qui aurait dû lui assurer l’organisation des olympiades. Plus fort que la sombre et caniculaire victoire du Qatar pour la Coupe du Monde, voici désormais Pékin, ville sans neige, organisant des compétitions de ski. Ce cru 2022 est décidément complètement improbable. Ne reste plus qu’aux Chinois de créer des tonnes de neige artificielle. Ils n’auront qu’à demander à Poutine qui avait réussi à faire le même coup, en 2014, dans la station balnéaire de Sotchi.