20160119

Lemmy Kill Mr. Prejudice

Lemmy Kilmister Boots

Le samedi 9 janvier 2016 ont eu lieu, au Forest Lawn Memorial Park de Los Angeles (Etats-Unis), les funérailles de l’un des plus grands rockers de ces 50 dernières années : Lemmy Kilmister. Quoi de plus normal pour un homme de cette envergure que des funérailles sous forme de show, marquées par la présence de tout […]

par

Lemmy_Kilmister_apachemag

Le samedi 9 janvier 2016 ont eu lieu, au Forest Lawn Memorial Park de Los Angeles (Etats-Unis), les funérailles de l’un des plus grands rockers de ces 50 dernières années : Lemmy Kilmister. Quoi de plus normal pour un homme de cette envergure que des funérailles sous forme de show, marquées par la présence de tout le gotha de la musique métal : Slash, Dave Grohl, Josh Homme, Mikkey Dee, Lars Ulrich, Robert Turjillo, Rob Halford… L’enterrement 2.0 était en live sur YouTube et incitait explicitement tous les fans à se regrouper chez eux, ou dans leurs bars favoris, avec une bouteille d’alcool fort afin de lui rendre un dernier hommage.

Lemmy Kilmister (Eisernes Kreuz)

Lemmy Kilmister (Eisernes Kreuz)

Lemmy Kilmister, ou l’homme qui pouvait se targuer d’avoir eu plus de 1 000 femmes dans son lit, c’est aussi une dégaine qui choque: croix de fer (Eisernes Kreuz), tenue SS qu’il mélangera avec un chapeau de l’Union Américaine… Un look militaro-métalleu/biker/trash singulier que l’interprète de « Killed by Death » justifiera plusieurs fois avec nonchalance comme dans une interview au New York Waste Music : « Depuis le début des temps, les méchants ont toujours eu les meilleurs uniformes. Napoléon, les confédérés, les nazis. Ils avaient tous des uniformes de tueurs. Je veux dire que l’uniforme des SS était génial. C’était les rockstars de l’époque » des idées qui aujourd’hui encore ont du mal à passer.

Lemmy Kilmister

Lemmy Kilmister

Pourtant, ceux qui pensent que le fait d’écouter de la musique métal et d’avoir un blouson clouté est synonyme d’extrême droite ne se trompent-ils pas ?

Ok, Lemmy avait un look de méchant en référence à la droite malsaine, auquel il faut ajouter une consommation de drogues à un niveau industriel et une bouteille de Jack Danniel’s descendue par jour. Pour autant, cela ne fait pas obligatoirement de lui un meneur du genre « Légion 88 ».

Lemmy Kilmister Boots

Lemmy Kilmister Boots

C’est au fond un peut comme si l’on stipulait que tous les fans de métal étaient des fachos blancs et ceux de rap des racailles. Admirateur de Little Richard, l’un des pionniers du rock’n’roll des années 50, noir et gay, mais aussi fan d’Abba, groupe suédois qui, c’est bien connu, pue la testostérone, Lemmy nous démontre sans le vouloir, que les apparences restent trompeuses.

Certes, avec des chansons qui parlent de pokers (Ace of Space), d’histoire de salle gueule et de fraternité (Brotherhood man) le tout additionné à une image bourrin, il est difficile de convaincre des personnes qui ne connaissent pas ce courant musical que non, tous les mecs qui écoutent du métal ne sont pas des dingues. On aura beau écrire des articles, manifester et organiser des débats, les mecs qui vont à des concerts de badass ne serons jamais à l’abri de jugements stériles à cause d’un style et des idées qui sont différentes de la masse. L’homme est ainsi fait, de contradictions et de haine, mais il peut-être aussi, à l’instar de Lemmy, capable de surmonter les jugements, de galvaniser des millions de personnes sur près de 2 générations et demie et surtout, le plus important, d’en avoir rien à foutre de ce que les autres pensent. Après-tout c’est bien ça le rock, faire la seule chose que tu sais faire et tout le reste, on l’emmerde.

God bless Lemmy Kilmister.

Guich.

Lemmy Kilmister

God Bless Lemmy Kilmister.