20160121

Les barbus seraient plus résistants aux maladies.

apache-mag-zztop

Une bonne nouvelle pour tous ces putains de hippies-mangeurs-d’arbre.


C’est peut-être parce que les barbes des hipsters (et des autres aussi) abritent plus d’excréments que les toilettes publiques qu’elles pourraient constituer un excellent remède contre certaines maladies.

barbus-maladie-apachemag

C’est en tout cas, grosso-modo, la conclusion d’une étude menée par le Journal of Hospital Inspection, une publication très sérieuse qui enquête sur la transmission des maladies nosocomiales (les saloperies qui circulent dans les hôpitaux).

Ils ont testé 408 personnes appartenant au corps médical, et se sont rendu compte que ceux qui portaient de belles barbes véhiculaient moins de bactéries que les autres, notamment le staphylocoque doré, une bactérie particulièrement résistante.

Après analyse, il s’est avéré que les barbes abritent souvent un autre type de bactérie, le staphylocoque blanc, qui se charge de faire le ménage et d’éliminer les autres en fabriquant lui-même un antibiotique.

Un nouveau champ d’étude s’ouvre donc aux chercheurs, qui vont pouvoir tranquillement travailler à la fabrication de la « barbicilline », le premier antibiotique extrait de hippies.